La Bibliothèque infernale

Il est toujours amusant de découvrir des nouvelles utilisations possibles de la lecture numérique. Il y a quelques mois, je parcourais avec un regard d’enfant le travail de la Souris qui raconte et de ses livres augmentés pour très jeune public. Aujourd’hui, c’est avec un regard d’ado que je me balade à travers les pages de La bibliothèque infernale de Neil Jomunsi : le dernier né des Studios Walrus, et le premier Livre dont vous êtes le héros de notre cher éditeur pureplayer.

Un livre dont vous êtes le héros ? Pour les trop jeunes ou les trop vieux : les Livres dont vous êtes le héros sont des bouquins qui, comme leur nom l’indique, vous font directement intégrer l’histoire, en vous laissant régulièrement faire des choix qui auront une incidence directe sur votre personnage, puisque les mauvais choix du lecteur lui sont bien souvent mortels. Le schéma classique de ces livres -tout du moins de ceux dont je me souviens encore, ça remonte à très loin pour moi ce genre de choses- était de vous plonger dans un donjon, où vous rencontrerez tantôt des monstres sanguinaires, tantôt des alliés inespérés. Chaque combat était l’occasion de sortir une feuille, un crayon et une paire de dés, chaque choix était l’occasion de faire périr votre personnage dans d’atroces souffrances, chaque décision était l’occasion de feuilleter votre bouquin comme un dératé à la recherche du prochain passage. Car oui : le principe du Livre dont vous êtes le héros est de vous faire passer d’un passage à l’autre, tous les passages étant gentiment mélangés dans le livre pour qu’il ne vous suffise pas de lire la page suivante pour deviner quel choix vous sera le plus profitable.

Les Livres dont vous êtes le héros sont certainement ceux qui gagnent le plus à passer en numérique. Grâce à votre liseuse, fini de feuilleter votre livre toutes les deux minutes, il vous suffira d’un simple clic pour passer d’un choix à l’autre, voire pour revenir en arrière et faire un choix plus glorieux si votre personnage est malencontreusement tombé au fond d’un ravin (mais chut, cela s’appelle de la triche !). Bref, le plus surprenant ici n’est pas que Walrus ait enfin publié un livre dont vous êtes le héros en numérique, mais c’est surtout que personne ne l’ait fait auparavant ! Mais attaquons nous enfin à ce petit jeu plutôt que de refaire l’Histoire de l’édition numérique française…

La Bibliothèque infernale, un titre à en faire pâlir plus d’un de terreur, vous fera incarner un brave bibliothécaire un peu timide, un peu gauche (à l’exact opposé des grands chevaliers en armures que les fans du genre ont certainement pris l’habitude d’incarner), qui aura la mauvaise idée de croiser le chemin d’un livre vil et maléfique. Ce dernier plongera le libraire -vous plongera- dans une bibliothèque aux dimensions inégalables, emplie de pièges et de terribles créatures, autant de gardiens qui vous empêcheront de retrouver votre livre : l’ouvrage qui raconte votre histoire et vous permettra (sans doute) de quitter cette prison.

Nous retrouvons donc le schéma classique : un héros, un donjon, une quête, des monstres, il ne manque que la princesse en danger, mais on s’en passera ! Car la Bibliothèque infernale est déjà assez bien tel quel. Le plaisir de retrouver les souvenirs des Livres dont vous êtes le héros, pour commencer, serait suffisant pour justifier l’achat ! Regarde maman, c’est moi qui suis dans le livre, c’est moi qui fais les choix ! Les aficionados regretteront peut-être que l’auteur ait préféré occulter les systèmes de combat et de dés des ancêtres papier de son livre. A la place, quelques jeux et autres astuces vous permettent parfois d’orienter vos choix et de faire intervenir le destin dans votre aventure. Parlons de ces choix justement : amusants, en nombre, ils emmènent bien souvent le héros quatre pieds sous terre, et c’est encore ça le meilleur ! L’humour enfin, car ce livre en est bourré, rend l’expérience d’autant plus agréable. Car, vous l’aurez sans doute compris, la Bibliothèque infernale ne se prend pas au sérieux, loin de là. Il suffirait de voir sa galerie de personnages grotesques plus qu’effrayants pour le comprendre : mais je préfère vous laisser le plaisir de les découvrir…

Pour conclure, La bibliothèque infernale est une bonne surprise, qui ravira certainement les fans du genre ainsi que les curieux. Il vous fera certainement passer un bon moment, et vous arrachera sinon des rires, quelques sourires bien agréables. Vous découvrirez ce livre-jeu pour la modique somme de 4,99€ chez tous les bons crémiers !

Retour écrit pour le club des lecteurs numériques

Vous aimerez aussi

> Revue de "En quête d’espace"

> Revue de "Voici les morts qui dansent"

4 réflexions sur “La Bibliothèque infernale

  1. Ping : La bibliothèque infernale, un livre dont vous êtes le héros « Le club des lecteurs numériques

  2. Ping : Fin de route – Jean-Louis Michel « Le club des lecteurs numériques

  3. Ping : Menu Cthulhu, l’auteur sur le gril | Lise Capitan Traduction & Rédaction

  4. Ping : La Bibliothèque Infernale | Le Walrus Bookstore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s