J’apprends à faire des ePub comme les grands

Sources : Phyllis Buchanan

Ces derniers temps, j’ai enfin sauté le pas et essayé de combler l’une de mes plus grandes lacunes numériques : je n’avais jamais vraiment mis le nez dans les entrailles d’un ePub. Certes, nombre de mes connaissances sont des maîtres dans la création de fichiers ePub (j’en profite au passage pour signaler le lancement du studio d’ebook design de Chapal&Panoz, deux artistes excellents dans leur domaine), mais j’ignorais jusqu’alors tout des pratiques occultes de ces forgerons des temps numériques ! Voici donc un petit article pour vous faire part de ma remise à niveau.

Qu’est-ce que l’ePub ?

Avant tout chose, petite précision que les initiés se feront un plaisir de passer. Pour ceux qui ne connaissent pas l’ePub, et qui seraient en train de se demander de quoi diable suis-je en train de parler, sachez que l’ePub est un format qui tendrait à devenir le standard du livre numérique. Pour le décrire grossièrement -et je sais que d’autres sont mieux placés que moi pour le faire- ce format est un savant mélange entre du .zip (un fichier d’archive), du code html (le code utilisé sur la plupart des pages Internet), du CSS (autre langage Internet qui permet une structuration du code html), et de la poudre magique de corne de licorne (qui permet l’émerveillement du lecteur à chaque page). Plus concrètement, l’ePub permet d’obtenir du « reflowable text », à savoir un texte qui s’adapte à la taille de l’écran utilisé pour la lecture (que ce soit celui d’un smarthpone, d’une liseuse, d’une tablette ou d’un ordinateur), et qui permet au lecteur d’augmenter ou de diminuer la taille des caractères.

Comment faire un ePub ?

Très bonne question ! Je me la posais encore il y a quelques semaines. Pour faire compliqué : il y a de multiples manières de faire un ePub. On peut par exemple partir d’un fichier zip, ce qui sans les compétences associées revient à faire un mille-feuille sans recette. Je sais qu’il existe également un plugin pour le traitement de texte OpenOffice, qui transformera votre document en ePub, ou encore certains sites capables de créer automatiquement ce genre de fichiers. Néanmoins, toutes les solutions d’automatisation de la création d’ePub font des fichiers moyennement corrects (pour ne pas dire mauvais), sur lesquels vous n’aurez pas vraiment la main. J’ai pour ma part choisi d’utiliser Sigil, un logiciel gratuit qui permet la création d’ePub. Et pour être honnête, ce choix ne m’a pas été insufflé par l’inspiration divine, puisque j’ai suivi les conseils de Jean-Basile Boutak qui m’a lui même recommandé le guide « Créer des ebooks avec Sigil », par les Studios Walrus, guide dont je vais vous parler ici plus en détail…

Créer des ebooks avec Sigil (et non pas avec Cyril, ne vous y trompez pas !), par Benoit Huot

Ce que j’ai appris avec ce guide

Très sincèrement, pour 1€99, ce guide me parait presque indispensable pour qui voudrait bidouiller ses livres numériques. Nous offrant une vision plutôt complète et très pédagogique, Benoit Huot nous prend par la main jusqu’à ce que nous ayons l’air aussi heureux et épanoui que le bonhomme sur la couverture ! Voici ce que ce guide m’a appris :

  • La structure et le fonctionnement global de l’ePub
  • Le fonctionnement du logiciel (très pratique) Sigil
  • Qu’avoir un beau document Word est complètement inutile pour faire un ePub
  • Que j’arrive même à comprendre des mots techniques quand ils me sont expliqués
  • Que faire un ePub n’est pas si compliqué qu’il n’y paraît
  • Que faire un ePub est quand même un peu compliqué
  • Que c’est plutôt marrant de bidouiller des codes pour voir les effets (souvent dévastateurs) qu’ils auront sur la mise en page
  • A créer un ePub pas trop moche, et à peine bugué, avec quelques images, de bonnes métadonnées et tout le tintouin

Ce que je n’ai pas appris avec ce guide

Pour autant, et ne rêvez pas : ce guide ne fera pas de vous un expert international de l’ePub ! Il vous permettra d’avoir un fichier propre et bien fait, de choisir vous-même la mise en page de votre texte, et ça s’arrête là. D’ailleurs, très franchement, vous n’aurez la plupart du temps pas besoin de beaucoup plus, et s’il vous arrive d’avoir des exigences énormes, passez par quelqu’un dont c’est le métier ! Voici donc une liste de ce que ce guide ne m’a pas appris :

  • A faire un monstre d’ePub, calibré à la virgule près, et contenant des millions de photos et de contenus encore inédits dans un livre numérique  (En aurais-je réellement eu besoin ?)
  • A maitriser le code CSS et l’html (il fallait pas rêver non plus !)
  • A lire dans la matrice
  • A formater un ePub en condition hostile (par exemple sous des tirs à balles réelles)
  • A préparer un mille-feuilles sans la recette

Pour conclure, je vous encourage, chers auteurs, à plonger le nez dans l’ePub et à vous confronter à sa création. Si cela sera peut-être insurmontable pour ceux qui n’ont jamais touché un ordinateur, il suffira d’un peu de bonne volonté et de pas mal d’astuce pour que la magie opère. Quant à moi ? Je vous recontacte quand je serais devenu un maître incontesté du format ePub… dans cinquante ans !

Vous aimerez aussi

> 99 cents : Prix d’une baguette, d’un café… d’un livre numérique ?

La pasta-box de l’auto-édition

Advertisements

11 réflexions sur “J’apprends à faire des ePub comme les grands

  1. Je plussoie à tout ce que tu écris, tant sur la « simplicité » de tout ça que sur l’utilité du livre.

    Je conseille aussi d’ailleurs la lecture de l’autre guide sur l’Auto-Publication (par Jiminy Panoz), qui, comme son titre ne le dit pas, consacre une partie de sa « substance » à la Typographie.
    En gros « Créer des ebooks » c’est bien pour créer des ebooks (Trop fort !) et la Typo (dans l’Auto-Publication) c’est parfait pour faire des « BEAUX » ebooks…

  2. Je tente de créer des ePub à partir de OpenOffice (Apache). Je ne parviens pas à installer le plug-in et ne comprends pas pourquoi, c’est pourtant apparemment très simple.
    Sinon j’utilise Calibre pour convertir mes docs Openoffice en ePub et cela fonctionne très bien !
    Merci pour ces informations intéressantes: Sigil, les autres liens,..

    • Malheureusement, je ne peux vous aider au sujet du plugin, pour avoir abandonné OpenOffice il y a quelques mois… Peut-être qu’une âme charitable et plus avertie qui passerait par là pourrait vous aiguiller. Je n’ai pas testé de convertisseur automatique (certainement car on ne m’en a pas dit que du bien) mais il faudrait que j’essaie. L’avantage avec Sigil est que l’on maîtrise la création de A à Z, même si fatalement l’inconvénient est qu’on y passe plus de temps.

      Est-ce que vous revenez un peu sur vos fichiers convertis automatiquement en ePub, ou le rendu est-il suffisant ? (je pense ici à la qualité de certains détails, comme les métadonnées par exemple…).

      Merci pour votre retour ! 😉

  3. @Pierrick: Je ne suis pas exigeant quant au détails pour autant que le texte soit lisible et découpé normalement en paragraphes. En fait, je fais cette conversion pour pouvoir lire tranquillement sur liseuse des textes (longs) trouvés sur le Web et qu’il m’est pénible de lire sur l’écran vertical et trop lumineux de l’ordi. (Je les copie/colle dans un doc Openoffice).
    La conversion de PDF en ePub par contre ne fonctionne pas très bien sur Calibre, mais je n’ai pas beaucoup travaillé les paramètres.
    Sigil m’intéresse dans le cas de documents à diffuser, auquel cas je serais attentif à la syntaxe et aux détails bien sûr.

    Bonne journée .

  4. @ SFReader: C’est remarquable ! Je viens de faire un test et cela fonctionne vite et bien. Je devrais fréquenter davantage les sites intéressants et constructifs, et les forums, …
    Merci encore.

  5. Personnellement, grand débutant du numérique, j’ai opté l’année dernière pour Atlantis (j’avais vu l’info sur le site de ebooks libres et gratuits). C’est un petit traitement de texte qui convertit automatiquement n’importe quel texte en epub et Kndle (en gros, le logiciel fonctionne comme une sorte de « petit Word simplifié »)

    http://www.atlantiswordprocessor.com/fr/

    Ca m’a coûté les yeux de la tête (dans les 30 euros quand même) mais je ne regrette pas : depuis, j’ai un confort de travail inégalable, je fais mes epub et mes kindle en deux secondes, couvertures inclues, et pourtant je ne suis pas un « pro ». Seul bémol : Atlantis est plutôt recommandé pour créer des epub de romans vu qu’il ne sait pas créer des epub avec tableaux. Autre détail : il faut toujours que l’image de couverture du epub soit plus haute que large. Mais ce sont les seuls défauts.

    • Je dois avouer que je reste assez sceptique vis à vis des logiciels de formatage automatique. Personnellement, la méthode Sigil continue à me plaire. Il paraîtrait néanmoins que des logiciels de plus en plus perfectionnés voient le jour et qu’il suffira bientôt d’un simple « enregistrer sous… » pour créer un ePub…

  6. Précision : Atlantis générer aussi automatiquement les Kindle, mais là, il faut aller télécharger le KindleGen chez Amazon (gratuit) puis le placer dans le répertoire où est installé Atlantis. On obtient des Kindle impeccables. Le seul hic : c’est que sauf erreur de ma part, sur la plateforme Amazon, on ne peut pas placer directement ses Kindle, il faut utiliser l’outil de conversion de la plateforme. Un peu bête quand même…

  7. Bonjour, je viens à peine de commencer avec Sigil et me voilà bloqué avec l’apparition d’une fenêtre Métadonnées indispensable pour les plateformes, en effet on apprend avec des tutos dont la fenêtre méta est rose alors que la nôtre est grise tout petite et en anglais……je précise que ma version est la plus récente et en français, excepté cette fenêtre essentielle, bloqué donc. Si quelqu’un détiens la réponse, je prends. amicalement. François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s