Le Sony PRS-T1

Sournoisement, insidieusement,  perfidement, je me suis procuré il y a un petit mois de cela la liseuse Sony PRS-T1, sans prévenir personne, sans crier au monde ma joie de ne plus me brûler les yeux face à l’écran cruel de mon netbook. Bref : sans en parler. Après ces quelques semaines d’utilisation intensive en milieu hostile et de tests en laboratoire, c’est le moment de partager un petit avis sur ce livre électronique bien connu du marché.

Le choix :

Petit prélude pour commencer : pourquoi ce choix ? Je cherchais avant tout une liseuse « universelle », qui ne fonctionnait pas en circuit fermé comme c’est le cas pour le célèbre Kindle d’Amazon et son format propriétaire. J’ai longtemps hésité à choisir le Cybook Odyssey, mais quelques revues négatives et virulentes m’en auront dissuadé. Mouton que je suis, je n’ai pas osé tenter les marques moins connues, ou les liseuses « génériques » : à l’image du livre électronique vendu par les magasins Boulanger et dont personne n’a jamais parlé sur Internet. Sony n’a donc finalement pas été un choix difficile à faire…

La liseuse :

Je me suis donc retrouvé avec un Sony PRS-T1, de couleur blanche, avec pochette assortie (achetée séparément, nous y reviendrons). Première impression, au sortir du paquet : le produit a une belle gueule. Très léger, plastique mat sur l’arrière, brillant sur le devant. La face du livre se compose essentiellement d’un large écran gris et de cinq boutons qui se font facilement oublier. Un autre bouton sous la tranche inférieure de l’appareil, ainsi qu’un emplacement pour brancher le câble USB, un casque audio ou pour « reseter » la liseuse. Pas de fioriture, rien ne choque, tout tient en place et semble solide. C’est déjà un bon point ! L’écran un peu grisâtre est plutôt clair, la lecture facile, malgré une vilaine tendance des lumières à s’y refléter, mais rien de grave : deuxième bon point.

Le fonctionnement :

Seconde impression, à l’allumage de l’appareil : le départ semble long. Bon, j’exagère : le PRS-T1 doit mettre une petite trentaine de secondes à s’allumer. Je comprendrais plus tard que la liseuse dispose d’un mode veille nettement plus rapide. En gros, l’appareil passe par trois états : éteint, allumé ou veille. Il faut du temps pour l’allumer ou l’éteindre, mais très peu pour le mettre ou le sortir de veille. Le grand lecteur utilisera donc la veille en appuyant simplement sur le bouton sous l’appareil pour enclencher ou quitter la veille. Il restera appuyé sur le bouton plus longtemps pour éteindre l’appareil s’il est sûr de ne pas l’utiliser dans la semaine. Le tout est finalement très pratique. Je mets l’appareil en mode veille quand j’arrête de lire, et reprend immédiatement ma lecture quand je le désire, en un seul clic, en moins d’une seconde, avec autant de facilité que si j’ouvrais un livre papier.

La lecture :

Troisième impression, à l’utilisation. Note au passage : je ne suis pas (et ne serais sans doute jamais) un « power user » de cette liseuse. Je l’ai achetée et l’utilise pour lire, uniquement pour lire. Consulter Internet sur cette liseuse ne m’intéresse pas, acheter mes livres sur cette liseuse ne m’intéresse pas, écouter de la musique sur cette liseuse ne m’intéresse pas… Mon avis sur cette partie se limitera donc exclusivement à la lecture et aux fonctionnalités de lectures, ce qui me paraît tout de même être l’essentiel.

A l’utilisation donc, l’appareil me semble diablement intuitif, si bien que je pourrais presque le passer à ma grand-mère sans rien lui expliquer. L’écran est tactile, il suffit donc de cliquer sur le menu qui nous intéresse. Idée simple mais intelligente : le guide de la liseuse est préenregistré dans l’appareil. Il ne m’attire pas vraiment, d’autant plus que deux autres textes -libres de droit- sont déjà présents. C’est l’occasion pour moi de lire Jules Verne pour la première fois, ce qui pour un amiénois -ville dans laquelle un bâtiment public sur deux porte le nom de l’auteur- est une véritable honte.

Intuitif donc : il suffit de glisser le doigt vers la droite ou la gauche de l’écran pour feuilleter les pages. Pour ceux qui n’aimeraient pas le tactile, deux boutons page suivante et page précédente permettent également de tourner les pages : ce qui est nettement plus pratique pour lire à une main. Laissez votre doigt appuyé plus longtemps sur l’écran, et vous sélectionnerez le mot que vous touchez. Libre à vous de le surligner, d’ajouter une note ou encore de consulter un dictionnaire…  Etrange position de la part de Sony, la liseuse propose uniquement des dictionnaires de langue. Dommage, car un « vrai » dictionnaire m’aurait paru tout aussi utile. N’en reste pas moins que la lecture reste agréable, la liseuse est rapide sans plus, l’affichage est net et facilement réglable.

L’utilisation :

Dernière impression, au « remplissage » de la liseuse ! Les premiers tests effectués, il me restait à importer ma maigre bibliothèque de documents numériques. Encore une fois, j’ai joué l’intuitivité. Hors de question d’installer quoi que ce soit sur mon ordi, ni de passer par Internet. Il m’aura suffit de brancher le câble USB et de farfouiller un peu dans les dossiers pour y placer mes bouquins. Mention spéciale pour la lecture des PDF, qui aurait pu être plus dégueulasse, mais nécessitera tout de même des yeux de lynx ou une manipulation constante de l’écran tactile.

Ma dernière remarque concernera cette fameuse pochette dont je vous parlais plus tôt. J’ai choisi, par commodité, une pochette avec lampe de poche intégrée. En soi, le produit me convient parfaitement, car il offre une prise en main plus facile de la liseuse (elle peut se tenir comme un livre plutôt que comme une tablette), et permet grâce à une lampe très pratique de lire n’importe où. Mais le prix de cette pochette: 40€, m’a tristement donné l’impression que Sony tenait à se faire une marge folle sur ses accessoires, que la marque sait en partie indispensables (qui transporte sa liseuse a intérêt à la protéger, qui veut lire partout a intérêt à disposer d’une lampe de poche).

Vous aimerez aussi

> Le club des lecteurs numériques

> Les enjeux de l’édition numérique

Advertisements

40 réflexions sur “Le Sony PRS-T1

  1. Bienvenu dans le 21ème siècle Pierrick ! C’est vrai que tu as une utilisation rudimentaire de ta liseuse pour le moment, mais cela changera peut-être avec le temps… Quand je suis passé de la Sony PRS-300 au Kindle, j’ai apprécié que ce soit une liseuse « connectée ». Envoyer un fichier par mail sur le Kindle est magique. J’ai néanmoins bien conscience du prix à payer, d’être un tant soit peu attaché à Amazon.

    Je me demandais depuis un moment où tu habitais, sans avoir jamais pensé à te le demander… Et bien, la prochaine fois que ma femme ira voir ses amis là-haut, j’en profiterai pour l’accompagner ! Elle devait d’ailleurs être à Amiens depuis hier pour deux jours, mais elle a malheureusement chopé la crève…

  2. Compliments Pierrick. Je lis depuis plus d’un mois sur ce modèle, test à venir bientôt. Deux bémols pour moi, écran gris et flash noir, mais de très bonnes surprises aussi, j’y reviendrais.

  3. @JBB Au niveau connexion, je n’ai pas particulièrement peur de la confidentialité. Qui veut protéger sa confidentialité ne va jamais sur Internet. C’est simplement une question pratique : je n’ai pas Internet chez moi, j’ai par ailleurs un ordinateur pour consulter Internet, et je n’ai jamais tenu à échanger mes notes ou mes commentaires directement avec des internautes, donc ma liseuse (pour le moment en tout cas) ne me sert qu’à lire, et tout va bien ainsi !

    – A ce propos, Aldus menait une petite enquête sur la lecture sociale auprès du club des lecteurs numériques, et à priori je n’étais pas le seul à penser ainsi-

    Et oui : je jongle entre Paris, Lille et Amiens, donc si tu passes par là un de ces jours n’hésite pas ! 😉 Bon rétablissement à ta femme !

    @Aldus La couleur de l’écran ne me dérange pas franchement. En revanche cette histoire de flash peut en effet déranger. Comme il s’agit de mon premier modèle, j’ai du mal à comparer à d’autres, ton test aura cette valeur ajoutée ! J’ai aussi remarqué une certaine sensibilité à la température, qui peut déstabiliser le tactile…

    Merci pour vos commentaires !

  4. J’ai fait le même choix que toi il y a quelques mois de cela, et pour des raisons similaires. Je suis passé d’un Fnacbook au PRS-T1 et je suis tout à fait satisfait du changement. Le Sony est rapide, léger et agréable à utiliser. Je me suis même étonné à utiliser la connexion wifi pour lire mes emails dans des hôtels ou aéroports lors d’un voyage. Il n’est pas évident de taper un email avec cette technologie mais ça dépanne.
    Un des bémols pour moi est le manque de petites stats qui rendraient la machine un peu plus fun comme le nombre de pages et heures lues par jour, la date à laquelle tel ouvrage a été commencé, etc…

  5. D’accord la T1 est une bonne liseuse.
    Je reste néanmoins déçu par l’attitude de Sony qui ne déciderait de l’intégration d’un dico français que sur le prochain modèle: https://www.sony.fr/discussions/thread/139448?start=16&tstart=0
    La concurrence en dispose déjà sur ses modèles meilleur marché.

    J’annote beaucoup et recours au programme Reader pour MAC/PC de Sony pour récupérer mes notes sur ordi. La synchronisation des fichiers avec ce logiciel est déplorable et conduit à des aberrations sur le T1.
    Il y a manifestement nonchalance du constructeur qui ne donne pas de réponses à ce niveau.
    Heureusement que CALIBRE existe.
    Enfin il semblerait que la suppression de livres à partir du Reader occasionne une corruption de la base de données. Mais je n’ai pas vérifié ceci personnellement.

    Débutant en e-reading, j’ai cru pouvoir me fier à Sony pour tout: méfiance !

    Pour le reste c’est un bel objet qui me donne satisfaction.

  6. @Mathieu Je ferais sans doute comme toi : utiliser le Wifi si je n’ai aucun autre moyen sous la main. Mais je reste attaché à mon netbook pour l’internet « mobile ». Quant aux stats et fonctionnalités plus fun, elles seront sans doute présente dans l’avenir des liseuses (qui n’en sont qu’à leur début). Des applications comme Copia tendent vers la lecture sociale et le côté plus « fun ». Pour ma part, les stats et les partages en masse ne sont pas ma came, mais qui sait, c’est peut-être l’avenir de la lecture.

    @Christw Merci pour cet avis plus technique que je serai bien incapable de donner ! Pour le dico français, je suis vraiment d’accord, d’autant plus qu’il me paraît vraiment plus utile (pour un lecteur lambda en tout cas) qu’un dico de langues. Pour la suppression des livres, j’en ai supprimé certains mais n’ai rien remarqué d’anormal pour le moment, mais un mois n’est pas suffisant pour détecter certains bugs.

    En revanche, je nuancerai vraiment pour le côté « méfiance ». Je suis tout aussi débutant en e-reading, et je garde l’impression qu’il vaut mieux se méfier de la dernière Bookeen (ce que je déplore, j’avais l’intention de l’acheter) plutôt que de Sony, relativement plus fiable.

    Merci pour vos commentaires !

  7. Encore une fois je suis content du T1 qui fonctionne bien (après avoir néanmoins mis à jour le logiciel interne PRS-T1_Updater_1.0.04.12210.exe avec la dernière version), mais je reproche à Sony son module pour PC qui franchement n’est pas à la hauteur tant au point de vue fiabilité que documentation, sans parler du suivi.
    Je suis content aussi de recevoir un avis favorable au Sony par rapport à Booken.
    Honnêtement je ne demande qu’à louer mon choix du T1.

    • Perso, je n’utilise pas le dico Français, alors ma PRS-T1, j’en suis RAVI !!

      Chritw : les soft PC (et mac) sont effectiement POURRIS ! Une honte ! Il existe cependant des astuces pour récupérer ses notes. Si tu lis l’anglais, tu peux aller voir sur mobileread, ils en causent. Je réfléchis à faire un petit script python pour les récupérer sans avoir à se taper du SQL … Mais je connais pas le python 😉

      PS : Viens nous rejoindre sur lire-numerique.com ! 😉

      • Avant d’aller voir ce qui se passe sur lire-numerique.com, je tiens à dire que j’arrive à récupérer mes annotations avec Reader PC(mac) assez simplement et sans problème, y compris les notes manuscrites. C’est la synchronisation qui ne fonctionne pas bien du tout.

  8. salut

    pour info j’ai une t1 en noir apres avoir eu des gen3, kindle3…et aussi la boulanger
    la boulanger pour le prix payé (occaz retour -7j sur la baie a 50euros) est tres bien..aps de tactile, clavier azerty et numero séparé (qui permettent de naviguer facilement dans les menus sans les fleches :))
    poids de 240g, rapidité ben moyenne genre une gen3 c pas un foudre de guerre
    ecran 16nvx de gris donc pas sur que ca soit du pearl peut etre la generatino d’avant de e-ink
    gros gros plus : pas de refresh(ecran noir) auto => on a un bouton sur le coté gauche pour ca donc ca te permet de choisir quand rafraichir et c top ca le refresh ca depend surtout de ce que tu lit et des fontes/marges du texte…certains livres/docs faur rafraichir souvent genre si ya des schemas ou si c tres condensé 🙂
    bon la sony est qd meme mieux, les fcts wifi sont pas mal si tu t’en sers pour consulter tes mails par exemple ou le programme tv 🙂

    • Merci pour ce commentaire : je n’avais jamais lu de retour sur cette liseuse avant cela !
      Je citais Boulanger (mais je pense qu’il y en a bien d’autres) car j’ai été surpris de découvrir leur liseuse vendue dans l’un de leurs magasins.

      A bas prix, leur liseuse est sans doute intéressante comme offre bon marché. La difficulté reste de faire moins cher que la Kindle qui offre de la qualité à un prix vraiment bon marché.

      Amazon, quand tu nous tient…

  9. Selon moi le problème consiste dans les DRM qu’Amazon place sur ses livres, pas tellement dans le Kindle. On peut convertir facilement en format Mobi (le format du Kindle), donc j’imagine qu’on pourrait aussi facilement convertir *depuis* le format Mobi, s’il n’y avait de satanés DRM. Bref, pour ma part j’aime mon Kindle (je lis beaucoup de PDF dessus); mais je n’aime pas qu’on me refile des livres avec DRM, quel que soit leur format.

  10. Sony c’est un très bon produit mais MAIS, la lacune est de TAILLE, c’est l’absence de dictionnaire Français qui est NULLE. J’ai investit R2CEMMENT dans un Pocketbook 902 ( le rêve pour les dicos – même si le fonctionnement n’est pas tactile) et les PdfS, pour noël j’ai offert 3 liseuse une autre pocket et deux cybooks, je précise que je lis des ouvrages en anglais ( mais pas seulement) , mais quand je lis un livre en français le LIttré ou autre est incommensurable !
    Dommage pour eux !

  11. surtout par rapport aux pocketbook qui outre les dicos offrent la possibilité d’ajouter des fontes et de lire les epub via fbreader plutot que le soft adobe (ade) utilisé par les autres lisibles : avec fbreader vous avez acces a pleins de reglages…vous pouvcez repaginer l’ebook en entier ce qui est bien pratique parfois.
    perso le 602/603 etait dispo mais plus cher que le T1 quand je l’ai acheté (a 150euros ct deja plus cher que les autres !)…le nouvea 612 est pas mal, plus leger qu’avant il doit etre dans les 180g maintenant
    les 902/903 ou 912 maintenant c top mais bon 300-350euros qd meme !!
    le format 9.7p 4/3 est top pour mangas et pdfs 🙂

  12. Déjà, tu vas arrêter d’écrire des articles que sur des sujets qui m’intéressent ! J’ai pas que ça à faire, avoir envie de répondre et réagir. 🙂 Bon, ceci dit, j’ai été tenté d’acheter une liseuse Sony il y a presque un an. Ce qui m’a vraiment rebuté c’est le manque de dico Français. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas un dictionnaire Français dans un produit vendu en France ! Pour moi c’est indispensable et cela me semble si facile d’installer cette fonctionnalité (et peut-être d’autres tout aussi utiles) que je me suis dit que ce produit n’était pas encore assez mûr. J’avais décidé d’attendre. Voir si les générations futures de liseuses se dotent de ces petits plus, évidents ou imaginés, qui les rendent complètes et sans lacunes, vraiment fonctionnelles.
    J’attends toujours.
    Merci

    • On cesse les commentaires flatteurs, je n’aime pas rougir ! 😉

      Pour le dico français, il est clair que c’est une erreur. D’autant plus que la liseuse dispose d’un dico français-anglais, anglais-français et d’autres langues tout aussi exotiques. Ce n’est donc pas un manque de volonté vis à vis des français, mais plutôt une position : Sony a simplement dû se dire que le dictionnaire n’était pas important pour une liseuse.

      J’ai fait comme toi : j’ai mis très longtemps avant de me décider à acheter car j’attendais LA liseuse. Après des mois et des mois d’attente des prochains modèles, j’ai réalisé que LA liseuse ne viendrait pas tout de suite, et j’ai donc finalement porté mon choix sur l’une d’entre elles.

      En tout cas je peux clairement te dire que le PRS-T1 (et toutes les autres m’est avis) nous fera sans doute tous rire d’ici un an ou deux. J’ai un peu l’impression, en achetant une liseuse aujourd’hui, d’acheter un magnétoscope à quelques mois de la sortie des premiers lecteurs DVD ! Mais comme cette pensée revient à attendre indéfiniment les modèles les plus récents, sans jamais en acheter un seul, je me suis tout de même décidé à prendre celui-là !

      Merci pour le commentaire et désolé de t’avoir « forcé » à réagir ! 😉

  13. Bienvenu dans le monde numérique des livres. Moi-même je m’y suis mis il y a presque un an, car partant 3 semaines en voyage je ne voulais pas trimballer une valise de livres. J’ai eu la chance de pouvoir obtenir un Nook Touch. Depuis, un peu comme toi, je relate mes aventures de lecteur sur mon blog : quoilire.wordpress.com

  14. Mon Sony 600 a brisé l’hiver dernier alors que j’étais en Floride. Je me suis procuré le PRS-T1 et j’ai eu de la difficulté à télécharger des ebooks de la BANQ au Québec; en fait, je n’ai pas réussi à télécharger quoique ce soit même si le bidule est scensé fonctionner wi-fi. et j’ai foutu le T1 dans un tiroir.. surtout que le machin-chouette ne voulait même pas copier des livres téléchargés dans mon ordi pour l’ancien PRS 600. En fait, l’ordi (la  »library ») ne reconnaissait même pas mon nouvel appareil.
    Arivé au Québec, j’ai réessayé avec le wi-fi du bidule; je me rends sur le site de la BANQ mais, après avoir  »accepté » les conditions.. on me  »connecte » automatiquement sur un paquet de livres… des titres en Anglais, ce qui n’est pas mon souhait.

    Je ne sais comment faire comme avant, c’est-à-dire… passer par  »livres », puis  »numilog », choisir une catégorie de livres, et enfin emprunter quelques titres.

    Au secours. Quelqu’un pourrait me donner la recette de cuisine?

    Merci à l’avance.

    Benoît

    • Bonjour Benoît,

      Hélas je n’ai jamais utilisé le PRS-T1 autrement qu’avec le câble USB, et mon ordinateur l’a toujours reconnu sans problème. Avez-vous essayé de télécharger simplement vos livres sur un ordinateur avant de les passer directement dans le fichier « books » par USB ?

      A voir si d’autres sauront mieux vous conseiller !

      • Bonjour,
        J’aurais aimé vous aider en m’inscrivant pour essayer mais l’abonnement n’est réservé qu’aux résidents du Québec.
        Le mieux est peut-être d’essayer la procédure à partir d’un PC d’abord comme le conseille Sediter.
        J’ai déjà téléchargé directement sur mon T1 d’un site de livres du domaine public sans problème. J’ai procédé avec ma liseuse comme avec un ordi si je me souviens bien.

      • Bonjour. Oui je lai fait. le problème c’est que quand ma fenêtre  »library » s’ouvre (parce que je peux commander des livres de l;a BANQ via l’ordi), les titres commandés y apparaissent mais du cÔté gauche le mot  »eReader » n’apparaît pas, même quand la liseuse est branchée.

        Je ne peux donc pas  »draguer » les titres de la liste au eReader vu qu’il ne se montre pas le bout du nez.

      • En fait sur l’écran j’ai Reader Librairy et en dessous les titres téléchargés avec l’auteur, la taille le nombre de jours d’emprunt mais, dans la colone de gauche ou il ya bibliothèque, livres, périodiques, audio, images, bloc note, commandé, état, eBook store et ordinateur…. il n’y a pas  »eReader » comme c’était auparavant avec mon PRS 600 alors que je pouvais draguer les titres dans eReader et le tour était joué. Il semble que l’ordi ne reconnaît pas la liseuse. Serait-ce parce que j’ai configuré mon nouveau PRS T1 Wi-Fi?

        De ce côté (Wi-Fi) je me rends sur le site de la Banq,, franchit quelques étapes jusqu’après avoir clicqué sur  »j’accepte » .. les conditions… et là tout foire. Tout ce que je vois ce sont des couvertures de livres avec des titres Anglais.
        Je n’ai plus de choix comme avant avec mon Sony PRS 600… périodiques, livres (je cliquais sur  »livres »), puis numilogue et enfin les catégories de livres apparaissaient et enfin j’avais accès aux livres et pouvait télécharger dans mon ordi les titres que je voulais.

        Ensuite je les draguai à l’écran de l’ordi sur mon reader librairy… de droite à la colone de gauche alors qu’apparaissait le  »+ » lorsque je passais par dessus le mot  »eReader » et les petites flèches tournaient quelques secondes pendant que ça entrait dans ma liseuse.

        Pas mal difficile de le faire maintenant vu que le mot  »eReader » n’apparaît plus.

        Benoît

    • Bon, déjà, comme BEAUCOUP d’utilisateurs, j’ai essayé 2 minutes le logiciel fourni avec le Sony, et l’ai laissé de coté pour utiliser un autre logiciel, que je recommande VIVEMENT à tous : Calibre (calibre-ebook.com/). C’est lui que j’utilise pour gérer ma bibliothèque numérique, que ce soit pour feu mon Nook, ou pour ma rendue Odyssey, et maintenant pour ma PRS-T1.

      Perso, je fais tous mes achats de livres sur mon PC. Quel que soit le lieu de vente, je télécharge le fichier correspondant sur le PC, l’ajoute à ma librairie dans Calibre, branche ma liseuse sur le port USB, et utilise Calibre pour transférer le livre vers la liseuse.

      Pas de soucis, et comme ça j’ai une copie « maitre » sur mon poste de travail. Pour peu que le libraire conserve aussi la trace de votre achat, ça fait encore une copie de plus.

      D’autre part, le répertoire « librairie » de Calibre se trouve être positionné dans un répertoire « Dropbox », et donc accessible par l’appli dropbox sur la liseuse et sur mes autres PCs.

      Ceci ne répond pas à votre besoin d’emprunt à la BANQ, mais là, je ne connais pas le système et ne peut pas vous aider.

      • Benoit, les livres empruntés doivent être dispo en tant que fichier .epub sur le disque quelque part (je vais essayer de trouver ça ce soir). Si vous les localisez, il devrait être facile de les glisser/déposer sur la « Sony ».

        Une manip que vous devrez faire tout de même (si vous la faites déjà, excusez moi) : c’est sur la liseuse, lorsqu’elle est branchée en USB, pointer sur la zone « mode de transfert de données » de l’écran, avant de démarrer l’application « Reader ». Tant que vous n’avez pas fait celà, la liseuse ne « présente » pas ses disques à l’extérieur, et donc certainement pas à Reader.

        (Cette même manip est également nécessaire pour faire le transfert « direct » sans passer par « Reader »).

  15. Je confirme, hormis le cable usb et l’accès à une dropbox, pour le reste à oublier. C’est peut-être Feedbooks qui s’en sort le mieux. Le problème est que Sony court depuis des années après un store sans faire d’efforts sur le reste. Et comme le store ne viendra sans doute jamais, on voit bien le problème.

  16. Et pourtant croyez bien que cela me désespère, étant un pro-sony de la première heure sur les livres électroniques, mais que d’erreurs encore sur le dernier modèle. Sony va jeter l’éponge sur ce marché, j’en ai bien peur.

  17. Pour l’achat de livres en ligne depuis la liseuse, je ne me prononce pas, mais pour le reste c’est assez décevant en effet: chez Sony on a un peu l’impression qu’il n’y a personne dans la boutique.
    J’annote beaucoup et l’importation des notes est une galère. Sans compter les fichiers memo perdus lors de la synchronisation.
    Rien ne bouge et ne bougera sans doute plus côté Reader.
    Heureusement que la machine va bien.

    • Finalement la BanQ m’a donné les instructions et le site pour une mise à niveau… je n’ai pas trop compris (assez poche en informatique le bonhomme) mais je suis allé sur ll lien qu’ils m’on recommandé et tout s,est bien passé.
      J’ai pu télécharger des titres en Français via mon ordi… comme je le faisais avant avec mon prs 600..
      Ils ont ajouté que le Wi-Fi de mon T1 était assez  »sommaire » et que ce serait une mautadite job de réussir à télécharger en FRANÇAIS en passant par Sony overdrive… et même qu’ils doutaient que c’était réalisable…Je suis déjà bien content d’avoir maintenant des livres dans ma liseuse; je ne perdrai pas de temps à me battre pour voir si le WI-Fi fonctionne ou non.

      Merci à tous pour vos conseils et votre aide.
      Benoît

  18. Bonsoir,
    j’ai été à 2 doigts d’acheter un KOBO aujourd’hui, bien que je trouve le Sony plus complet (il y en a pas mal bradés neuf). En revanche, « gros » lecteur (et non pas encore l’inverse !), bien que lisant également en anglais, je suis déçu par les catalogues et les prix des ouvrages en français, qui restent beaucoup plus élevés qu’un livre de poche.
    C’est une politique que je ne comprends pas (si c’est pour une simple question d’argent, il y a les bibliothèques municipales qui sont elles aussi « gratuites », et le piratage correspondra peu ou prou au prêts de livres actuels). Par ailleurs, à vous lire, les liseuses ne semblent pas encore au point. Il y a des temps de réponses somme toute assez longs, des formats non établis… Bref je suis très tenté, mais encore dans l’attente. Pouvez vous me donner des arguments ? Enfin, vous semblez négatifs à l’égard du KOBO, mais il a d’excellentes critiques. Alors ?? Sony ou Kobo ou autre? Votre point de vue m’intéresse.

    • Bonjour Papayo ! Je suis d’accord avec vous concernant le prix des livres numériques français. Il faut savoir que la plupart des grands éditeurs français ne sont pas forcément favorables au numérique, ou y avancent à tâtons avec une prudence plus qu’exagérée. Pour ma part, je n’ai tout simplement ni acheté ni lu aucun des ouvrages numériques de nos célèbres éditeurs. D’une, car comme vous le soulignez, ils sont parfois plus chers que les poches (j’avoue que je m’interroge toujours sur la part accordée aux auteurs sur ces prix « faramineux »), et de deux car la plupart utilisent des DRM avec lesquels je n’ai pas envie de m’embêter en tant que consommateur. En revanche, je n’hésite jamais à m’approvisionner chez les éditeurs numériques qui, certes moins connus et plus petits, ont l’intelligence de respecter leurs lecteurs : Publie.net, Numérik.livres et les Studios Walrus pour ne citer qu’eux !

      Pour ce qui est des liseuses : je ne dis pas qu’elles ne sont pas au point. Selon moi, en tant que « nouveau » produit, les liseuses vont juste évoluer rapidement. Les constructeurs sont actuellement dans la course à la technologie, ils veulent de la couleur, du tout tactile, des animations, et que sais-je encore ! Il est donc plus ou moins sûr que les modèles de l’année prochaine seront nettement plus performants que ceux de cette année. Pour autant, les liseuses actuelles sont complètement fonctionnelles. On y lit très bien, elles sont plutôt rapides, elles nous permettent de lire en toute simplicité. Pour info je lis en ce moment sur une liseuse vieille de trois ans et je n’ai vraiment pas à me plaindre, donc je recommande tout de même l’achat des liseuses actuelles pour les gros lecteurs tels que vous ! Surtout que les produits actuels restent dans une gamme de prix plus que raisonnable. Ce n’est pas comme les premiers téléviseurs à écrans plats qui coutaient une fortune quand il aurait suffit d’attendre quelques mois pour voir des modèles plus performants et bien moins chers.

      Concernant le Kobo, je ne le décommande pas ! 🙂 A vrai dire, n’ayant pas testé tous les modèles comme ont pu le faire des blogueurs plus « pros » tels que Aldus je ne suis pas forcément une référence pour le conseil. Je pense que la Sony et la Kobo se valent. Je reste sceptique vis à vis de la Cybook Odyssey même si j’en entends du bien (comme j’en ai entendu beaucoup de mal…). Le Kindle aura l’avantage d’être un peu moins cher, mais vous serez alors lié à la boutique Amazon, ce qui n’est pas forcément dramatique.

      • J’ai été essayer le KOBO aujourd’hui à la Fnac. Très « plastoc » mais bon. Je n’ai pas vu encore le sony que je crois assez réussi (j’ai vu des américains avec dans les avions, mais je n’en ai pas essayé). En revanche, Sony n’a pas de dictionnaire en Français et d’après votre blog il est possible qu’ils jettent l’éponge sur ce segment de marché, ce qui m’ennuie.
        Je n’ai pas envie d’acheter un Kindle et de dépendre d’Amazon, société qui vend en France et ne paie pas les impôts qu’elle devrait étant basée au Luxembourg (hasard ?). Cela ne m’empêche pas d’acheter quelques bien chez eux, mais j’évite. Petite parenthèse : je pense que si nous avions tous une attitude d’achat responsable, nous aurions tous moins de taxes, plus d’emplois et vivrions tous mieux… parenthèse fermée.
        Bref, je suis tenté mais n’ai pas encore franchi le pas. Et comme tous le monde annonce l’encre couleur pour septembre 2012…
        Qu’en pensez vous ?

      • Pour avoir eu les deux modèles en main, le PRS-T1 ne me paraît pas moins plastoc que le Kobo. Si vous désirez un dictionnaire français, vous pouvez d’ores et déjà abandonner le modèle de Sony ! Si bien que le Kobo semble de plus en plus fait pour vous !

        Concernant l’encre couleur, j’attends de voir s’il sortira vraiment en septembre 2012, et surtout quelle qualité il aura à cette date. Très franchement, si vous êtes gros lecteur, n’attendez pas jusque là. Personnellement, je ne suis pas sûr que la couleur ait un énorme intérêt, en tout cas pas pour lire des romans. Et étant donné le peu de bande-dessinées disponibles en version numérique pour le moment…

  19. Que faire quand la liseuse plante ?
    J’ai appuyé sur le bouton le contact en le maintenant pendant plusieurs secondes. Rien.

    Merci aux geeks de me secourir.

    Tipram

    PS: j’ai la PRS T2

    • Pas Geeks du tout mais ma PRS T1 a flotté durant quelques secondes avant que je la sorte de l’eau l’année dernière; après un séjour de 2 semaines dans un sac bourré de riz au gros soleil elle s’est remise à fonctionner mais plus jamais comme avant; elle fait souvent des grimaces:-) Elle trouve aussi le moyen de s’arrêter toute seule à l’occasion et ne veut pas redémarrer lorsque j’appuie sur le bouton.
      Je réussi à la mettre en marche lorsque je la branche. Le lumière rouge s’allume, je pèse sur le bouton et bingo, ça redémarre. Je la débranche et continue ma lecture.
      Dieu merci elle ne fait cela que très occasionnellement.
      Bonne chance avec ce truc.

      Benoît

    • Pas geek non plus mais quand cela arrive (très rare) il y a un petit trou RESET sous le bord inférieur de la machine. Y introduire une pointe suffisamment fine (l’idéal est un trombone déplié) et appuyer quelques secondes: la T1 redémarre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s