Google Play et les livres numériques

Connaissez-vous Google ? Il s’agit d’un petit moteur de recherche très utile, notamment pour effectuer des requêtes diverses sur…

Je plaisante ! Je ne vais vous détailler ici le fonctionnement de Google, que vous connaissez tous (quoi qu’il y aurait certainement matière à un article) ! Aujourd’hui, nous parlerons de Google Play, que vous connaissez peut-être moins. Pour présenter très grossièrement Google Play (anciennement l’Androïd Market) : ce n’est autre que l’iTunes des téléphones et appareils Androïd. Il s’agit donc d’une plateforme d’applications, gratuites ou payantes.

« Pourquoi en parler en ce moment ? » me direz-vous « tu ne vas quand même pas nous faire un article parce que tu viens de découvrir que tu pouvais y télécharger Angry Birds ?« . Et bien non chers lecteurs ! J’en parle simplement car Google vient de lancer sa librairie française en ligne, via cette fameuse plateforme. Google Play, qui proposait uniquement jusque là musique, films, jeux et autres applications plus ou moins ludiques, va désormais vendre ou offrir des livres numériques à son public français.

Un petit aparté pour éclairer les quelques profanes qui passeraient par ici. J’entends déjà des questions étonnées : « pourquoi Google vend-il des livres ? Et où est mon libraire de quartier dans tout ça ?« . Histoire de donner rapidement une image du paysage de l’édition numérique, il faut savoir que sur le territoire US, la quasi-intégralité des ventes se fait chez les plus gros diffuseurs. Jusqu’ici, les maîtres incontestés de la vente de livres numériques se nomment Amazon, Barnes and Nobles, Kobo ou encore Apple. En ouvrant la vente de livres sur sa plateforme, Google rejoint les quatre larrons sur le marché, et s’attaque notamment au marché francophone, certes encore restreint, mais qui a de ce fait un certain potentiel.

On notera au passage que les grands vendeurs de livres numériques ne se contentent pas de refourguer des fichiers, mais fournissent également tout un environnement, à la fois via leurs plateformes de vente, mais aussi et surtout via leurs « machines » de lectures. Ainsi, Amazon vend des fichiers à lire sur son Kindle, le plus célèbre des livres électroniques, Barnes and Nobles propose sa tablette Nook, Apple vend des livres pour ses iPad et autres iPhone, et Google proposera les siens pour tous les appareils Androïd.

Bref, tout cela pour dire que Google entre sur le marché, nouveau géant américain venu y défier ses compatriotes. En soi, la nouvelle n’a rien de révolutionnaire, et j’avoue que je ne pensais même pas à écrire un article… jusqu’à ce que Jiminy Panoz, le fana des formatages de livres numériques en tous genres, et donc toujours à l’affut des nouvelles difficultés techniques qu’offrira chaque plateforme, ne vienne glisser quelques mots à propos d’une petite découverte faite sur le support de Google.

Google y résume en quatre mots ce qui lancera certainement des semaines entières de débat : « Percevoir des revenus publicitaires ». Oui, cette partie se situe bien dans le support du programme Google Livres, et laisse entrevoir un certain avenir de l’édition numérique made in Google, et bien sûr du secteur en général. Est évoquée ici la possibilité d’afficher des « annonces textuelles » dans les romans proposés, autrement dit des publicités.

Car ce que j’ai oublié de rappeler en présentant le « petit moteur de recherche », c’est que Google est avant tout la plus grosse machine publicitaire de l’Histoire de l’Internet ! Adwords, AdSense, AdChoices… Ces mots ne vous disent pas grand chose ? Vous les voyez pourtant à chacune de vos connexions Internet, ou presque !

Vous consultez un site de voyage et êtes surpris de voir une pub pour des billets d’avion pas chers ? Google l’a mise là ! Vous faites une recherche Google sur les congélateurs et cliquez innocemment sur le premier résultat, à peine teinté de jaune ? C’est aussi une pub Google ! Vous glissez  « canapé » dans une discussion par e-mail et retrouvez des publicités pour les canapés sur votre compte Gmail ? Oups : c’est encore Google ! Petit à petit, vous réaliserez que Google est un peu partout autour de vous sur l’Internet, comme un grand frère bienveillant… qui voudrait toujours vous refourguer des trucs !

Avant de continuer, je tiens à préciser que ma petite présentation de Google ne se veut pas péjorative. Je ne m’insurge pas ici contre la présence des publicités partout autour de nous. Pour être franc, j’utilise beaucoup les outils publicitaires Google, formation marketing oblige ! Et cette même formation ne peut que me faire admirer des monstres tels qu’Amazon ou Google, aussi captivants que terrifiants, pour tant de raisons…

La question ici sera plutôt de voir en quoi le délicieux modèle publicitaire de Google s’adaptera aux livres, et surtout si vous tenez à voir vos ebooks couverts d’annonces textuelles, à savoir les publicités Adwords que vous verrez au dessus et à droite de votre recherche Google « Frigidaire » par exemple. Je ne tiens pas particulièrement à vous assommer ici d’informations, si bien que je vais garder un second billet sur le sujet pour cette semaine. En attendant, n’hésitez pas à utiliser les commentaires pour ouvrir le vaste sujet de la publicité dans la création littéraire…

Vous aimerez aussi

> Les enjeux de l’édition numérique

> La culture est-elle matérielle ?

Publicités

6 réflexions sur “Google Play et les livres numériques

  1. Sediter,

    J’adore votre façon de nous assommer d’informations. Continuez, s’il vous plaît.

    Encore un article qui me fait découvrir les derniers développement de notre société moderne.

    Quand vous dites que vous utilisez les outils publicitaires Google, pouvez-vous préciser lesquels, et à quelles fins ? Pas seulement dans le cadre de vos études, je suppose ?

    Personnellement, j’ai utilisé abondamment Google, sa fonction de recherche seulement, pour compulser les archives déclassifiées des Etats-Unis. Autrefois, j’aurais été contrainte de traverser l’Atlantique pour m’enfermer dans les bibliothèques US.

    Tous les historiens que je connais usent et abusent de Google pour leur documentation. Je me permets de mentionner un très bon article sur ce sujet que JBB a publié il y a peu.
    http://e-jbb.net/2012/06/26/lindispensable-etape-de-la-documentation/#more-684
    J’espère que je n’enfreins aucune règle en mettant un lien ?

    Tipram

    Coincidence, ou synchronicité selon Jung. Hier, mon petit-fils a mentionné Angry Birds. Je n’en avais jamais entendu parlé. Je vais aller voir ce dont il s’agit.

    T

    • Merci de ce commentaire Tipram !

      Pour répondre à votre question, je suis actuellement en année de césure avant de reprendre ma dernière année d’études en Septembre prochain. J’ai donc travaillé durant plus d’un an pour un site Internet, où je m’occupais notamment de mettre en ligne des campagnes publicités Adwords, et de gérer les publicités que nous placions sur le site via AdSense, d’où une utilisation « pro » des outils Google.

      Il s’agit là des outils basiques de l’utilisation « commerciale » de Google, donc une utilisation non pas pour la recherche comme vous le faites. Bien entendu, je n’utilise pas ces outils dans une démarche personnelle car je n’en ai tout simplement pas l’intérêt pour le moment !

      La distinction entre les outils de recherche et de publicité est réellement à faire sur l’outil Google, car derrière l’apparente gratuité des services de recherche se cache finalement une machine de guerre publicitaire ! 🙂

      Merci pour ce lien qui est bien évidemment le bienvenu. Je suis plus qu’ouvert aux liens externes tant qu’ils ne sont pas du SPAM bête et méchant !

      Concernant Angry Birds, il s’agit simplement d’un célèbre jeu mobile. Votre petit-fils sera certainement jaloux de vous voir dépasser ses scores ! 😉

      • Sediter,

        Merci pour votre patience et vos explications détaillées. Effectivement, on ne repère pas toujours les annonces publicitaires. Moi, du moins.
        Jusqu’à présent, Google n’était qu’un moteur de recherche très pratique. Naïvement, je n’avais pas pensé à sa facette commerciale.

        Je doute que mon petit-fils (10 ans) me demande jamais de faire une partie de Angry Birds avec lui, car il imagine probablement que ce genre de jeux me dépasse complètement. De plus, je ne suis pas ce qu’on considère traditionnellement une grand-mère gâteau.
        Il avait mentionné cette application pour se plaindre qu’il ne parvenait à la télécharger sur la tablette Archos que je lui avais offerte.

        J’attends avec curiosité de prendre connaissance des autres infos avec lesquelles vous vous préparez à nous assommer (joking).

        Tipram

  2. Pingback: Google Play et les livres numériques | Book & e-book | Scoop.it

  3. Pingback: Google Play et les livres numériques | Groupe liseuse | Scoop.it

  4. Pingback: Google Play et les livres numériques | Livres numériques et applications pour enfants | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s