En quête d’espace

En quête d'espace

Voilà l’occasion de faire une seconde critique d’un ouvrage de La Souris Qui Raconte pour le Club des Lecteurs Numériques ! Après ça, promis, je me mettrais à des lectures plus sérieuses, quoique j’imagine mal une lecture plus sérieuse que celle qu’on fait à nos enfants, êtres nettement plus influençables et rêveurs que nous, pauvres adultes.

Cette seconde lecture, celle de En quête d’espace, se fait essentiellement pour m’ôter le mauvais souvenir du gang des chaussettes (voir ma revue ici), qui ne montrait pas l’étendue de qualités de LSQR. Alors à présent, en scène !

Examinons un peu cette petite perle qu’est En quête d’espace, une histoire à inventer de La Souris Qui Raconte. Petite présentation des auteurs avant toute chose : En quête d’espace est écrit par Karine Gottot, illustré par Maxim Cyr, conté par Jean-Marco Montalto et animé par Farah Allegue. Je tiens à féliciter chacun de ces auteurs pour leur travail remarquable. Les dessins et animations sont réussies, les textes sont justes et intelligents, et ma petite préférence va au conteur, qui fait incarne parfaitement les différents personnages, mais fait également très bien le robot… ce qui suscite ma jalousie !

Bluz, dont vous pouvez voir la trombine en haut de cet article, a beau ressembler à un escargot : ce n’en est pas un ! Il est en réalité un habitant de la planète Axia, qui vient d’obtenir son diplôme de mécano-écolo avec mention. Les études finies, il est grand temps pour Bluz de se faire une idée de l’étendue de la Galaxie, et d’aller chercher ça et là de bonnes idées pour remplir sa future fonction de mécano-écolo. C’est donc l’occasion pour Bluz, et pour le lecteur, de visiter trois planètes :  Ephemeria, Utopia et Liberta, avec chacune leur population, leur mode de vie, leurs habitations, leurs inventions…

« Encore une histoire stupide d’extra-terrestres ! Mais qu’est-ce que cela va apprendre à mon enfant ? » se demande le parent un poil consciencieux et déjà trop coupable d’avoir laissé la cervelle de sa chère tête blonde fondre devant les Télétubbies, Dora et Diego, et toute la clique cartoonesque de notre époque. Et bien non, En quête d’espace n’est pas une « histoire stupide d’extra-terrestres », ce n’est pas le genre de la maison ! Derrière cet emballage spatial qui incitera je l’espère vos enfants à regarder Star Wars plus tard se cache une problématique nettement plus sérieuse : celle du développement durable.

Dans chacune des planètes visitées, Bluz est confronté à de véritables choix de la part des populations, choix qui ont un impact sur leur planète, sur eux et sur les membres de leur entourage. En quête d’espace apprendra à votre enfant que les choix personnels peuvent avoir beaucoup de conséquences, que penser à soi est une chose, mais qu’il faut également penser aux autres. Il lui apprendra également qu’il vaut mieux éviter de tomber dans les excès, quels qu’ils soient.

Une chose que j’ai trouvée remarquable dans cette histoire est surtout sa conclusion. Contrairement à ce que l’on peut généralement trouver un peu partout, En quête d’espace n’est pas un récit moraliste. Il ne se permettra donc pas de dire à votre enfant « Polluer, c’est le mal absolu », ni « Les écolos sont des tarés ! », non ! L’histoire se contente de présenter chacun des modes de vie des différentes planètes, en pesant le pour et le contre, sans tirer de conclusions. Au final, Bluz, auquel doit évidemment s’identifier votre enfant, retourner sur Axia avec plein d’images en tête. A lui de décider ce qui est bien ou non pour sa propre planète !

D’un point de vue technique, En quête d’espace est tout aussi réussi. Il gomme tous les défauts que j’avais soulevé pour le gang des chaussettes. Plus rien ne semble négligé ici : l’ensemble du texte apparaît sur l’écran. Pour chaque scène, à vous de décider si vous préférez lire l’histoire à votre enfant, ou cliquer sur un bouton qui activera les « doublages » très réussis du conteur. Pour chaque scène, votre enfant aura l’occasion de balader le curseur de la souris, ce qui activera certaines animations peu utiles, mais amusantes ! L’aspect « jeu » reste minime, entre ces quelques animations et des choix que pourra faire votre enfant, qui n’auront d’autre impact que de modifier l’ordre des scènes du récit, mais on comprend aisément que En quête d’espace reste avant tout une histoire, pas un jeu de rôle !

Bref, autant dire que j’ai grandement apprécié cette petite histoire de La Souris Qui Raconte, et que je recommande à chaque parent de consulter le catalogue de cet éditeur numérique jeunesse, qui offrira certainement à vos enfants un rapport différent avec l’écran d’ordinateur. N’hésitez d’ailleurs pas à consulter les premiers chapitres gratuits de toutes leurs histoires, qui vous aideront à vous faire une idée !

Advertisements

7 réflexions sur “En quête d’espace

      • Non, c’est surtout l’approche « je te laisse te faire une idée et comprendre que ce n’est pas tout rose/noir » qui m’intéresse. Elle est déjà assez « petite fille sage ».
        Et puis pour le côté « Star Wars », je suis en train de traduire un livre « SF » pour enfants… Justement sur le thème écologie…

      • Bien d’accord avec toi. J’ai pensé le souligner parce que je trouve ça important. Tout au long de la lecture, je craignais un peu la fin car j’avais peur de se voir profiler la conclusion ultra-moralisatrice du style « fais attention à ta planète, ne pollue pas, fais attention à ton voisin », etc. Mais elle n’est jamais venue, et heureusement !

        Les enfants ont suffisamment de jugeote pour tirer leurs propres conclusions, et c’est bien d’en tenir compte, surtout pour un éditeur pour enfants ! Bref, un grand bravo ! Profite bien de ton histoire avec ta fille (et si tu ne sais pas faire la voix du robot, laisse le conteur parler pour toi !). 😉

      • Non seulement il faut en tenir compte, mais je pense que c’est leur rendre service, et les conclusions qu’ils tirent eux même seront nettement mieux intégrées que celles qu’on leur impose…

        Je crois qu’il va falloir que je fasse une première lecture pour voir quelles voix je sais faire ou pas 🙂

  1. Pingback: Absences « lesoufflenumerique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s