Regarde maman, j’ai un smartphone !

Avant toute chose, un petit éclaircissement sur le caractère plutôt curieux du titre de cet article. Derrière un vernis de puérilité, il vise avant tout à souligner la vanité de notre époque, où les choses matérielles prennent le devant sur l’être, le tout en mettant en scène un hypothétique jeune homme qui chercherait à tirer une quelconque fierté maternelle de la simple possession d’un téléphone vaguement sophistiqué.

Ce détail éclairci, je peux enfin reprendre mes niaiseries habituelles en vous parlant de mon portable !

Depuis quelques mois à peine, j’ai en effet troqué un téléphone portable somme toute banal contre un smartphone certainement déjà passé de mode, mais pourtant plutôt utile ! Pour ne pas le citer, il s’agit d’un Sony Xperia Pro. Je sais, le simple nom fait rêver et me donne immédiatement l’image d’un garçon studieux et ambitieux. J’en profite au passage pour préciser que ce billet n’a rien de promotionnel, je ne suis pas assez malin pour ça !

J’ai choisi ce téléphone pour plusieurs raisons. D’une, car j’avais bien envie d’un portable qui me permette d’aller sur Internet, histoire de briller en société. De deux, car ce modèle est l’un des rares (Blackberry mis à part) qui dispose d’un clavier « à l’ancienne », en plus de l’incontournable tactile, ce qui était aussi l’occasion d’avoir un super clapet qui révèle le clavier et me fait encore plus briller en société. De trois, parce que ce bon vieux téléphone sous Androïd avait le mérite de ne pas coûter un bras, à l’inverse de ses collègues Galaxy et autres iPhones.

Bref, j’ai donc un nouveau téléphone. Je dois avouer qu’au départ, ça ne me faisait ni chaud ni froid, moi qui téléphone plutôt rarement, indigne ami que je suis. Puis, au fil du temps, j’ai peu à peu appris à dompter la bête et à découvrir ses meilleurs côtés. Par exemple, has been que j’étais à disposer encore d’un MP3, j’ai découvert que je pouvais écouter directement la musique sur mon téléphone.

Puis, moi qui étais fortement dépendant au Wifi Public, j’ai découvert que je pouvais avoir accès à Internet un peu partout, et consulter mes mails comme un homme d’affaires, que ce soit dans le train, dans un jet privé, dans les locaux d’une multinationale ou encore dans les toilettes.

Plus complexe encore, j’ai réalisé que mon téléphone devenait un outil de lecture très pertinent, tant pour les blogs que pour les livres numériques. Je pouvais d’ailleurs twitter directement ce que j’y lisais. Summum du summum, j’arrivais même à créer des fichiers Word, et à écrire des articles, voire à relire de vieux fichiers laissés dans ma dropbox.

Pour résumer, j’ai découvert peu à peu que j’avais comme une arme en main, et mon ordinateur s’est sérieusement mis à flipper, surtout lorsqu’il m’a surpris en train de jouer à Wind-up Knights (un jeu sympa où on incarne un petit chevalier qui court partout), et a ainsi découvert que j’étais capable de jouer sans lui.

Au fond, si je vous dis tout ça, et certainement avec plusieurs années de retard comme à mon habitude, c’est parce que j’ai réalisé que j’avais un micro-ordinateur en poche, qui devenait à la fois un livre, un traitement de texte, un lecteur MP3, une interface reliée en permanence à Internet,… Je devenais soudain ce type hyper-connecté, toujours entre deux mondes, symptomatique de notre époque où tout va plus vite. Au final, je suis devenu « encore plus » numérique, et j’ai compris que nous l’étions déjà tous.

Tout ça pour dire que ça ne m’étonnerait pas de voir un jour les lecteurs délaisser le papier pour l’écran de leur smartphone. En Asie, la lecture sur portable est d’ailleurs courante. Peut-être que nous ferons un jour, sur le trajet du retour, semblant de travailler, de jouer, de Facebooker sur notre smartphone, en cachant l’écran pour lire discrètement, sans honte d’être jugés pour oser ne pas être connecté, ne serait-ce qu’un quart d’heure par jour.

Vous aimerez aussi

> Google Play et les livres numériques

> Qui héritera de mes données numériques ?

Crédits photo

Advertisements

3 réflexions sur “Regarde maman, j’ai un smartphone !

  1. Héhé ! Bienvenue !

    Moi aussi je trouvais que c’était limite inutile avant d’en avoir un. J’ai pas encore exploité à fond le truc (j’ai pas réussi à créer un fichier doc exportable sur mon ordi… je suis donc une buse sans doute), mais je commence à bien apprécier la chose.
    Seul problème, j’ai pas des écouteurs avec micro intégré (j’ai de bête écouteur de baladeur quoi) et du coup, quand j’écoute la musique et que quelqu’un m’appelle, je mets toujours du temps à réaliser qu’il faut que je débranche les écouteurs pour que l’appelant m’entende…

    Mais ce que je préfère c’est le mode de saisie swype (j’ai pas de clavier moâ :P) parce que tu peux écrire juste avec ton pouce et c’est rapide ! Le jour où j’ai découvert ça (avant je tapais bêtement mes trucs avec deux doigts, c’était leeeeent) je me suis prise à rêver d’écrire des tas de textes super cool à tout moment !
    (bon après il faut corriger les erreurs du correcteur automatique… du coup je suis pas sûre que ça soit vraiment plus rapide XD)

    Résultat, j’ai un riquiqui début de fiction coincé sur mon smartphone et je m’en sers juste pour l’application qui planifie mes courses et mes menus… (:P)

  2. eh oui la force de ces smartphones est que vu la longue liste de fonctionnalités chacun l’utilise différemment du voisin ; de plus, on évolue soi-même dans son mix d’utilisation, au gré de ses besoins … ou de ses découvertes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s