Interview de Pierre-Alix Marie – Neowood éditions

Il y a déjà plus d’un an, je vous présentais ici Neowood éditions, un éditeur pure player dont la ligne éditoriale est notamment basée sur le voyage, la culture et l’art. Depuis cette époque déjà lointaine, Neowood éditions a fait son petit bonhomme de chemin, et édité de nombreux textes numériques, depuis le polar à la nouvelle en passant par le récit de voyage. Pour mieux vous faire découvrir le fonctionnement d’un éditeur numérique et vous faire connaître plus en détail Neowood éditions, j’ai eu l’honneur d’interviewer Pierre-Alix Marie, l’un des représentants de cette maison d’édition. Aujourd’hui, il vous en dit plus sur son parcours d’éditeur, sur le fonctionnement d’une maison d’édition et sur la sélection des manuscrits…NeoWood éditionsLe Souffle Numérique : Bonjour Pierre-Alix Marie, et merci de prendre le temps de répondre à mes questions. Pour commencer, et si vous présentiez Neowood éditions aux lecteurs du Souffle Numérique ?

Pierre-Alix Marie :Bonjour Pierrick et bonjour à tous. Tout d’abord merci de m’accueillir ici-même.

Neowood c’est avant tout une histoire d’amitié et de passionnés de l’édition. Il y a maintenant deux ans, Alexandra et Jacques, deux anciens collègues d’une maison d’édition parisienne ont décidé de se lancer dans l’aventure numérique avec pour objectif premier de créer un catalogue qui soit le fruit d’un travail mené collectivement et qui puisse refléter divers horizons littéraires. Neowood, c’est l’idée de faire émerger des textes de grande qualité et de les rendre le plus accessible possible par une diffusion large, sans drm et à des prix très abordables.

Aujourd’hui le catalogue de Neowood comprend plus d’une cinquantaine de titres explorant des genres variés (policier, roman contemporain, récit de voyage, poésie, fantastique…) et différents formats de lecture (du gros pavé au roman court en passant par la nouvelle ou novella).

Nos auteurs ont aussi des profils très variés. Alors que nous accompagnons de jeunes auteurs dans leurs premiers écrits, d’autres sont beaucoup plus expérimentés et ont déjà été publiés en papier ou en numérique. Mais ils partagent tous nos valeurs et notre intérêt pour l’humain et son lot de complexités… Et ils sont dotés d’un incroyable talent !

Nous travaillons avec nos auteurs main dans la main, chaque détail de leurs manuscrits et plus globalement sur leurs projets d’écriture, afin d’offrir à nos lecteurs des ouvrages d’une qualité éditoriale irréprochable mais aussi la perspective de suivre l’évolution d’un auteur.

Nous éditons aussi les versions numériques d’ouvrages préalablement publiés en papier chez des éditeurs indépendants, souvent spécialistes d’un genre, qui partagent avec nous cette vision engagée du partage autour d’une offre culturelle large, diversifiée et de qualité.

Pol'Art

 LSN : Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’édition ?

Pierre-Alix Marie : Au sortir des études je me suis tout de suite tourné vers le secteur de l’édition, d’une part à cause de mes lectures et puis aussi par curiosité. J’avais envie de voir ce qui se passe derrière tous ces ouvrages qui constituent ma bibliothèque. D’ailleurs en tant que grand lecteur de bandes dessinées, c’est par cette porte que j’ai commencé mon enquête si je puis dire.

Et puis, au-delà de ça, j’avais vraiment envie d’un métier qui puisse m’enrichir personnellement et pour cela je n’ai rien trouvé de mieux que la lecture, quelle qu’elle soit, à aujourd’hui tout du moins.

Après le passage dans deux maisons parisiennes, rejoindre des amis et Neowood pour construire une maison qui nous ressemble est une opportunité qui ne se refuse pas. Et ma désormais « célèbre » curiosité me donnait envie de découvrir plus en profondeur ce que l’on appelle communément l’édition numérique.

Sang Issue

LSN : Et pourquoi un choix de ligne éditorial si ambitieux ?

Pierre-Alix Marie : Question plus difficile, et d’ailleurs pourquoi ambitieux ? A mon sens nous avons tout simplement poser sur la table nos envies, les confrontant à ce que demande le marché et à ce que nous étions en mesure de réaliser, j’entends par là que l’on essaie de faire ce pour quoi nous sommes compétents. Par exemple vous ne voyez pas de littérature érotique chez Neowood même si on sait tous que le genre cartonne en numérique. En revanche il y a encore beaucoup de domaines qui nous intéressent et pour lesquels nous avons quelques idées… De notre point de vue, nous y allons plutôt doucement, pas à pas, car on souhaite construire une offre de qualité qui soit cohérente et pertinente mais le champ des possibles est très large.

Ce qu’il y a de plus ambitieux chez nous c’est de réussir à donner leur chance à chacun de nos auteurs. A date, il est encore assez dur de donner aux auteurs numériques, du moins pour une petite structure comme la nôtre, la couverture médiatique qu’ils mériteraient. Rien que pour cela on remercie les personnes, qui comme vous, partagent avec nous cet esprit de curiosité et ne s’arrêtent pas forcément aux frontières du papier ou d’un genre… Car, pour revenir à votre question, c’est aussi cela qui est intéressant dans le métier d’éditeur : c’est de pouvoir mettre en perspective différents écrits et transmettre la notion même d’ouverture d’esprit. On voyage avec Neowood… que ce soit dans des récits consacrés, par la sonorité d’un poème ou pour explorer les abîmes de l’âme humaine.

Et j’espère que, vue de l’extérieur, on arrive à transmettre cette idée, ce goût de la découverte et tout le travail qu’il y a derrière.

LSN : Vous ne proposez aucun livre papier dans votre catalogue. Est-ce que cela va changer ? Pourquoi avoir fait le choix du livre numérique ?

Pierre-Alix Marie : Effectivement nous avons fait le choix du livre numérique dès le départ pour l’accessibilité à la lecture qu’il rend possible (format, diffusion, prix) mais aussi pour tout son potentiel technique et éditorial. Même si dans les faits, ce n’est pas évident aujourd’hui, la création trouvera aussi une nouvelle forme d’expression avec le numérique et nous avons la chance d’avoir monté Neowood aux prémisses de cette ère et de pouvoir participer à façonner ce potentiel avec d’autres.

Quant au livre papier, il s’agirait pour nous d’un mode de diffusion supplémentaire (et pas des moindres). Et aujourd’hui nous n’écartons pas cette piste. Pour tout dire, dans un monde idéal, nous aurions souhaité proposer sur notre site la possibilité d’acheter et d’imprimer à la demande nos ouvrages car nous trouvons important de pouvoir offrir le choix du support, que ce soit le type de fichier ou du papier. Mais cela constitue un investissement trop lourd par rapport à l’écho que nous avons aujourd’hui. Peut-être que cette idée serait à creuser avec d’autres acteurs pure players… Nous verrons !

Plus concrètement, nous travaillons en étroite collaboration avec des maisons d’édition papier, comme Le Lamantin ou Georama, et il est possible que dans les mois qui viennent certains de nos livres se dotent d’une robe de papier… En tout cas, c’est là l’un de nos chantiers…

Le monde en Stop

LSN : Vous devez recevoir beaucoup de manuscrits. Comment faites-vous pour déterminer lequel est « le bon », lequel sort du lot ?

Pierre-Alix Marie : Effectivement on en reçoit pas mal, mais en comparaison avec mes précédentes expériences cela reste raisonnable. Ce qui est agréable, par rapport au début, c’est que nous recevons de moins en moins de « spams littéraires », 80% de ce que nous recevons est un manuscrit qui tient la route. Cela nous prend d’autant plus de temps car il faut entrer un minimum dans le texte pour procéder au premier filtre.

Avec l’habitude on décèle assez rapidement ceux qui ont un potentiel et ceux qui en ont un peu moins. Nous effectuons donc une première sélection sur la base de la qualité du texte, de la promesse de l’histoire, de la cohérence avec notre catalogue. Puis nous transmettons les manuscrits à un comité de lecture composé de nous trois et de 2 à 3 autres personnes sélectionnées en fonction du type de manuscrits. Ce comité va d’ailleurs s’étendre à quelques uns de nos auteurs qui ont bien voulu se prêter à l’exercice (merci à eux)… On trouve intéressant de faire vivre notre maison et que les membres du foyer participent aussi à ses plans futurs.

Strange Fish

LSN : Auriez vous un conseil (ou plusieurs) pour les auteurs qui chercheraient à se faire éditer chez Neowood éditions en particulier ou chez un éditeur en général ?

Pierre-Alix Marie : Je dirais qu’il est toujours intéressant de faire circuler son manuscrit dans plusieurs mains avant de l’envoyer, de préférence à des personnes pas trop proches, ou capables de donner leur avis sans avoir peur de froisser. Cela permet de prendre du recul sur ce que l’on a écrit, chose qu’il n’est pas toujours évident de faire seul face à son écran, et probablement de revoir un minimum l’orthographe et la syntaxe.

Ensuite, du moins pour Neowood, nous apprécions quand l’auteur nous fait un petit mot pour expliquer son projet, qui il est et ce qu’il a voulu transmettre. Dire en quelques mots de quoi cela parle, dans quel genre le texte s’inscrit, cela peut paraître évident mais la plupart des auteurs ne présente pas leur travail. Or c’est la première mise en bouche, ce premier contact est important. On est évidemment plus sensible quand un auteur nous écrit personnellement, que Neowood l’intéresse vraiment… Du moins, il nous semble important que l’auteur soit à la recherche d’un échange humain plutôt que d’être publié à tout prix.

Le dernier conseil serait de s’armer de patience car décider d’accompagner un auteur, cela prend du temps… Et surtout d’éviter les dérapages quand la réponse tarde à venir ou n’est pas celle souhaitée : cela démontre en général un manque de maturité professionnelle.

 LSN : Terminons donc avec un peu de promo ! Quel livre du catalogue Neowood éditions me proposeriez-vous ?

Pierre-Alix Marie : Un seul ? Vous êtes un peu dur là, et puis chacun ne lit pas la même chose. Alors pour que tous trouvent dans ce conseil leur bonheur, en voici 3 :

  • Pour un polar original, prenant et qui se lit facilement, allez voir « Sang Issue » de Lann Stereden
  • Pour un roman, « Strange Fish » de Tom Joad a vraiment fait l’unanimité de tous les lecteurs qui l’ont eu entre les mains, c’est l’histoire d’une ville du Mississippi dont le destin bascule après la découverte du cadavre d’un Noir dans les marais…
  • Et si jamais vous avez envie d’un peu d’exotisme, je ne saurais mieux vous conseiller que l’ouvrage de Ludovic Hubler « Le monde en stop », le récit passionnant et très touchant d’un voyage de 5 ans autour du globe et en stop.

Et pour le mois d’avril, on vous réserve quelques pépites… Alors restez à l’affût !

Merci encore pour avoir répondu à ces questions, en espérant que vos réponses seront utiles aux lecteurs du Souffle Numérique, et en particulier aux aspirants auteurs qui hésitent encore à envoyer leurs manuscrits aux maisons d’éditions !

Chers lecteurs, si cette interview a titillé votre curiosité sur Neowood éditions et ses auteurs, je vous invite à consulter le site internet de Neowood pour suivre leurs actualités.

Advertisements

4 réflexions sur “Interview de Pierre-Alix Marie – Neowood éditions

  1. Passionnant entretien Pierrick ! Merci à Pierre-Alix d’avoir livré un peu de l’histoire de Neowood. Il faut dire que leur philosophie et leur flair ne peuvent qu’apporter du bon tant pour les auteurs que les lecteurs. Quand on voit le catalogue qu’ils ont, ça apporte beaucoup de fierté et on ne peut que les en féliciter. La qualité de leur travail et le grand respect qu’ils ont pour leurs lecteurs en font d’excellentes raisons pour remplir la liseuse.
    Bravo aux six petites mains que sont Alex, jacques et Pierre-Alix pour offrir tant de plaisir 🙂
    Neowood, un acteur de la vie littéraire numérique sur lequel il faut compter !

  2. Bonjour,
    en tant qu’auteur je confirme le grand plaisir que j’ai de « faire partie » de l’équipe de Neowood, qui est à la fois professionnelle, attentive aux demandes des auteurs (qui sont souvent de grands angoissés quand il s’agit de leur « bébé »!), et très soucieuse de la qualité des publications. Pour ma part donc, je suis ravi de travailler avec eux, et je souhaite aux auteurs de trouver cette qualité d’écoute. D’ailleurs à mon sens ce doit être le mot clef pour tout le monde : la qualité…
    Bien cordialement, et en me tenant à votre disposition pour tout échange. Tom Joad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s