La revue de presse du Souffle Numérique : 17 janvier 2014

Suite à mes vœux de l’année 2014, je mets ma menace à exécution en vous présentant la toute première Revue de presse du Souffle Numérique ! La revue de presse, qu’est-ce que c’est ? Tout simplement une liste de cinq articles maximum qui traitent des dernières actualités relatives à l’édition numérique ou à l’auto-édition. Je consacrerai quelques paragraphes à la présentation de chaque article et vous laisserai le soin de lire plus en détail les articles cités si l’intérêt vous pique !

L’idée est de vous faire découvrir des informations récentes, utiles ou insolites, sur les sujets que traite le Souffle Numérique. Cette revue de presse sera publiée une fois par semaine ou toutes les deux semaines, en fonction de l’actualité et de la disponibilité de votre serviteur. J’en profiterai si besoin pour donner mon avis, quitte à revenir sur un sujet abordé via un article plus détaillé.

Sans plus de cérémonies, laissez-moi vous présenter la toute première édition de la Revue de presse du Souffle Numérique :

Loi anti-Amazon : le Sénat vote la fin de la gratuité de la livraison

Source : ZDNet

Loi anti-Amazon

On en parle beaucoup ces derniers temps, la loi encadrant la vente à distance de livres, aussi surnommée loi Anti-Amazon, a été votée par le Sénat la semaine dernière. Elle interdit aux e-commerçants (dont Amazon fait partie) de cumuler la remise de 5% sur le prix du livre (autorisée par la loi Lang) et la gratuité des frais de port. Désormais, les vendeurs de livre à distance ne pourront donc plus assurer la gratuité des frais de port, comme il était de coutume.

L’idée, par cette loi, est de restaurer la concurrence entre les libraires français et les e-commerçants. Si Amazon n’est pas la seule entreprise visée, elle a été expressément citée par la ministre de la culture au moment d’évoquer cette nouvelle loi. Le responsable d’Amazon France a quant à lui indiqué que le seul perdant dans l’affaire serait le consommateur, qui devrait se heurter à une augmentation du prix du livre.

Qu’on soit pro ou anti Amazon, je doute qu’on puisse trouver cette loi pertinente, tant le prix des frais de port peut paraître risible quand on parle de concurrence déloyale. Cet article de ZDNet souligne d’ailleurs l’effet symbolique de cette loi sur Amazon, qui profite mille fois plus de ses pratiques fiscales que de la gratuité qu’elle applique sur les frais de port. Au final, nous sommes face à une énième loi censée aider les libraires français mais qui s’avère plus symbolique qu’efficace…

Bibliothèque numérique de Grenoble : De Marque pilote un projet de livres numériques en France

Source : De Marque

DeMarque LogoL’entreprise québécoise De Marque est en train de mettre en place un système de prêt de livres numériques à destination des bibliothèques de la ville de Grenoble, qui s’appliquera dès le printemps prochain. L’idée serait de permettre le prêt de livres numériques via le site web des bibliothèques grenobloises. Chaque prêt permettrait de consulter un livre numérique pour un temps déterminé, le tout se faisant grâce à des accords entre les bibliothèques et les fournisseurs de livre numérique.

Si le communiqué de De Marque reste assez évasif, en partie car l’offre n’est pas encore mise en place, je reste assez curieux de savoir comment fonctionnera ce système de prêt. Il pourrait quoi qu’il en soit permettre d’initier un grand nombre de lecteurs français à la lecture numérique.

Quand Mein Kampf fait (de nouveau) florès

Source : Le Point

Mein Kampf numérique

Dernière actualité abordée cette semaine, le succès (inquiétant ?) des versions numériques du tristement célèbre ouvrage d’Adolf Hitler. L’article du Point révèle que les nombreuses versions numériques de Mein Kampf (dont une centaine sur Amazon) rencontrent un immense succès et se placent en tête des ventes. Une édition anglaise de Mein Kampf en format Kindle à 0,99€, est particulièrement pointée du doigt.

L’article met en exergue que c’est avant tout le format numérique qui explique ce succès, bien plus qu’un hypothétique retour des idées du nazisme. Le livre numérique permet en effet de cacher ses lectures en rendant chaque livre anonyme. On repensera ainsi aux succès numériques de 50 Shades of Grey ou des collections Harlequin, le numérique ayant permis aux lecteurs d’assumer des lectures qu’ils n’auraient pas osé arborer en version papier.

Il y a fort à parier ici que le succès actuel de Mein Kampf témoigne d’une curiosité morbide ou d’une recherche historique plus que toute autre chose. Il reste intéressant de constater que le numérique peut changer les pratiques de lecture en supprimant l’idée du regard de l’autre sur ses propres lectures.

Advertisements

2 réflexions sur “La revue de presse du Souffle Numérique : 17 janvier 2014

  1. J’aimerais avoir votre opinion sur la publication Mein Kampf quand cet ouvrage pourra l’être en France. Je l’ai trouvé un jour dans une vente de charité à l’Église Sainte-Jeanne-de-Chantal où je l’ai acheté 1 franc. Je l’ai lu il y a donc quelques années et son contenu est choquant à l’éclairage de ce qu’il s’est passé ensuite, mais ne l’est pas moins que les discours enflammé de certains dictateurs africains appelant au meurtre des homosexuels de leur pays et sur lesquels nous réagissons peu. Pour moi, si l’appel au meurtre doit être puni et censuré, donner à lire cet ouvrage avec des précautions légales (20 % du texte doit éclairer la shoah, de mémoire) ne me semble ni choquant ni inutile. Interdire sa lecture éclairée serait plutôt orienter l’histoire. Alors, le publier ou non ?

    • Tout comme vous, je ne suis pas opposé à la publication de Mein Kampf. Je crois savoir qu’il pourra être réédité en France, avec obligation d’afficher un avertissement de huit pages.

      Il serait stupide de vouloir censurer ce livre, d’une car internet rend certainement sa disponibilité facile, et de deux car on ne lit plus Mein Kampf aujourd’hui comme on aurait pu le lire avant la seconde guerre mondiale. Je pense qu’il est idiot d’assimiler tous les lecteurs actuels du Mein Kampf à des néo-nazis, et plus idiot encore de penser que le lecteur lambda risque d’adhérer à de telles idées s’il a accès au livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s