Test Antidote 8 : votre correcteur personnel ?

Je le répète souvent ici, l’un des plus grands enjeux de l’auto-éditeur sur le travail de son livre reste la correction. En effet, corriger un livre est loin d’être l’étape la plus évidente, puisqu’elle demande un œil averti et une grande maîtrise de la langue française. On peut d’ailleurs dire sans crainte qu’il est impossible de corriger son propre livre. En effet, il est souvent difficile -au propre comme au figuré- de reconnaître ses erreurs.

Néanmoins, le recours à un correcteur professionnel est généralement hors de portée d’un auteur indépendant, tout comme d’un éditeur modeste. Si bien qu’Antidote 8, le logiciel de correction que je vais vous présenter aujourd’hui, pourrait facilement devenir la solution la plus satisfaisante pour la correction d’un roman. Voyons cela plus en détail !

Test Antidote 8

Antidote 8 : logiciel d’aide à la rédaction en Français

Avant toute chose, il est de bon aloi de faire la présentation d’Antidote 8. Pour côtoyer différents auteurs qui utilisent cette solution pour corriger leurs ouvrages, j’avais déjà entendu parler à plusieurs reprises d’Antidote. Dans mon esprit naïf, il s’agissait d’une version améliorée du correcteur orthographique de Word. Connaissant les innombrables limites de ce type de correcteurs, je ne m’étais pas intéressé plus en détail à Antidote 8.

Quelle erreur n’avais-je pas faite !

Car en réalité, Antidote 8 dépasse de loin tout logiciel de correction automatique. Pour voler les mots de Druide (l’entreprise québécoise qui a conçu le logiciel Antidote), il s’agit du plus grand logiciel d’aide à la rédaction en français. Car effectivement, Antidote 8 ne va pas se contenter de corriger les fautes d’un roman, mais va se révéler très utile pour expliquer l’origine des erreurs, pour appliquer les règles typographiques ou encore pour livrer les définitions ou les synonymes de mots employés.

Antidote 8 offre donc une solution vraiment complète pour les écrivains, en fournissant à la fois :

  • Un logiciel de correction de texte : Antidote 8 va repérer les erreurs de votre roman et vous permettre de les corriger au cas par cas. Très complet, la correction automatique va déceler non seulement les erreurs grammaticales et orthographiques (à l’instar d’un correcteur automatique de traitement de texte) mais aussi les mauvais emplois d’un mot, les fautes les plus courantes de la langue française, les confusions, les anglicismes, le langage familier, etc.
  • Un guide linguistique complet : Bien mieux encore pour les écrivains les plus étourdis, Antidote 8 va offrir un véritable guide de la langue française. Plutôt que de se contenter d’une correction bête et méchante, le logiciel va en effet expliquer la faute, voire guider l’auteur vers une fiche explicative des règles françaises. Il ne s’agit plus ici de simplement corriger un texte, mais de revenir sur ses erreurs et d’améliorer ainsi sa maîtrise de la langue.
  • Un logiciel d’analyse de texte : Fonctionnalité plus avancée encore pour les auteurs les plus exigeants, Antidote 8 peut procéder à une analyse du style en décelant notamment les répétitions d’un même mot dans un texte, ou encore les phrases trop longues. Si je n’ai jamais aimé sur-analyser un texte, je sais que certains auteurs seront ravis de récolter plus d’informations sur leurs écrits par ce biais. Ceux qui, comme moi, ont tendance à la répétition, auront également moins de mal à se soigner grâce à cette fonctionnalité.
  • De multiples dictionnaires : Enfin, Antidote 8 va fournir une flopée de dictionnaires, directement intégrés au logiciel. Les auteurs seront ravis de trouver des listes de synonymes, antonymes, champs lexicaux et autres définitions. Les amoureux de la langue seront ravis de trouver un dictionnaire étymologique ainsi que l’évolution historique de chaque mot.

boîte Antidote 8

Test Antidote 8

Si la présentation d’Antidote 8 laisse rêveur, encore faut-il que le logiciel tienne ses promesses. Un petit test d’Antidote 8 s’imposait pour déterminer si cet outil était utile pour les auteurs et les écrivains indépendants. Et je dois reconnaître que j’ai été conquis dès les premiers essais de ce logiciel.

Installation et fonctionnement d’Antidote 8

En préambule de ce test d’Antidote 8, expliquons tout d’abord comment fonctionne le logiciel. Il faut savoir qu’Antidote 8 a l’avantage de s’intégrer directement à vos logiciels de traitement de texte (notamment Microsoft Office et Open Office). Au moment de l’installation du logiciel, vous choisirez sur quels logiciels intégrer l’onglet Antidote 8. Sur un même ordinateur, Antidote pourra ainsi s’intégrer à vos différents traitements de texte, ainsi qu’à vos navigateurs internet.

Une fois le logiciel de correction intégré, il vous suffira de cliquer sur le bouton Antidote pour analyser tout ou partie du texte sur lequel vous travaillez. Libre à vous ensuite de régler le logiciel, pour indiquer notamment quel est votre niveau de maîtrise du français, quel est le niveau de langue du texte traité, quelle est votre zone géographique, quelles sont vos préférences, etc. Selon les réglages, Antidote 8 sera plus ou moins exhaustif (pour ne pas dire tatillon) sur les corrections apportées.

Quel que soit le logiciel sur lequel vous avez tapé votre texte (Word, Internet Explorer, Firefox,…), cliquer sur le bouton Antidote va ouvrir la correction dans une nouvelle fenêtre (voir image ci-dessous), qui vous permettra de corriger directement le texte. Les corrections à apporter sont triées en fonction de leur nature, et vous n’aurez plus qu’à valider ou invalider les corrections. Pour chaque faute, une rapide explication permet de vérifier l’origine de l’erreur et de la comprendre.

Capture Antidote

S’il est possible de valider l’ensemble des corrections d’un seul trait, je vous conseille tout de même de valider au cas par cas. Antidote 8 va en effet apporter un grand nombre de corrections, dont certaines ne vous paraîtront pas forcément nécessaires. Dans certains cas, Antidote va d’ailleurs signaler des passages qu’il trouve peu lisibles, mais sans signaler d’erreur particulière. Ce sera à vous de distinguer si votre phrase est effectivement fausse ou si Antidote a simplement buté sur une tournure complexe ou littéraire.

Intérêt d’Antidote 8 pour les écrivains

Parlons littérature justement, en montrant l’intérêt d’Antidote 8 pour les écrivains. Car il faut savoir que ce logiciel n’est pas spécifiquement conçu pour les auteurs de fiction. Antidote est pensé, de manière globale, pour tous ceux qui sont amenés à utiliser la langue française, notamment de manière professionnelle. Les dictionnaires d’Antidote sont régulièrement enrichis de termes techniques, car le logiciel est en partie conçu pour des utilisations professionnelles (avocats, médecins, etc.).

Malgré cela, il faut reconnaître qu’Antidote 8 reste particulièrement adapté aux auteurs, tout comme aux éditeurs. En effet, le logiciel sera nettement plus efficace dans le traitement d’un texte que n’importe quel autre correcteur automatique. En vous laissant vérifier chaque faute, Antidote 8 vous permet par ailleurs de garder un contrôle total sur votre texte, tout en optimisant de manière conséquente votre travail de relecture et de correction. La correction typographique vous sera également précieuse. Vous pourrez ainsi, en un seul clic, corriger l’ensemble de la typographie de votre roman, notamment avec l’ajout d’espaces insécables.

Certes, le logiciel n’est pas parfait, et ne vous dispensera pas de plusieurs relectures de votre ouvrage (si possible par des tiers), mais il vous sera quoi qu’il en soit d’une aide précieuse pour travailler la correction orthographique et grammaticale de votre roman. Cerise sur le gâteau : Antidote va vous permettre d’améliorer votre maîtrise de la langue en vous faisant intégrer les règles sur lesquelles vous butez.

Mieux encore, certaines fonctionnalités d’Antidote 8 vous permettront d’améliorer la qualité de votre texte en travaillant sur votre style (image ci-dessous). Comme expliqué plus tôt, le logiciel vous permet de déceler vos répétitions. Bien sûr, il ne les corrigera pas automatiquement, mais le recours au dictionnaire de synonymes pourra vous être utile pour cela. Antidote 8 va également repérer les phrases longues de votre roman, les tournures trop complexes ou encore les phrases sans verbe.

Style Antidote

Pour résumer, Antidote 8 va vous permettre de rendre la correction d’un roman plus rapide et plus efficace. Outre les corrections orthographiques et l’application des règles typographiques, le logiciel va examiner vos écrits de manière complexe, et trouver des erreurs qu’un œil humain aurait plus de mal à déceler. Naturellement, comme tout logiciel, Antidote 8 a ses failles, et ne peut prétendre une correction « en un clic ». Il restera malgré tout un allié de choix pour n’importe quel écrivain.

Le prix d’Antidote 8

Pour terminer ce test d’Antidote 8, abordons le sujet toujours délicat du prix ! Vous pourrez obtenir Antidote 8 entre 100 et 120€ selon la boutique où vous l’achetez. S’il s’agit certes d’un certain investissement, il faut reconnaître que ce prix reste très raisonnable. Utile à quiconque emploie régulièrement la langue française, Antidote 8 est un outil très complet et infiniment moins coûteux qu’un recours régulier à un correcteur professionnel. Je recommande donc sans hésitation cette solution à n’importe quel écrivain indépendant.

Dernière précision pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris, Antidote 8 reste un logiciel, avec ses forces et ses faiblesses. Il ne vous dispensera donc ni d’une relecture attentive, ni d’un recours à un œil extérieur sur votre ouvrage. Mon conseil : utilisez Antidote 8 sur votre manuscrit une fois que vous n’aurez plus de modifications à faire sur le fond de votre roman, puis relisez-le une dernière fois après correction.

Vous aimerez peut-être

> Apprendre à écrire

> La fabrique du livre

Advertisements

25 réflexions sur “Test Antidote 8 : votre correcteur personnel ?

  1. Bonjour,
    J’utilise moi-même Antidote 8 depuis longtemps. il est vrai que c’est un outil remarquable et d’autant plus utile à ceux qui veulent bien en découvrir les richesses. Toutefois comme Druide le dit lui-même, il ne remplace pas un correcteur et passe sur des fautes énormes. Un exemple lorsque l’interlocutrice dans un roman est une femme, style « Je suis assise », il propose toujours de mettre « assis » au masculin.

    • Il y a pourtant une solution. Dans les paramètres d’Antidote, il suffit de déclarer que « je » est « féminin » et alors « je suis assise » est accepté et pour « je suis ému », Antidote propose d’écrire « émue »

      • Merci pour vos réponses. Et très d’accord avec vous tous. Pour Antidote 8, plus il y a de paramètres, moins c’est utile ! Sauf peut-être pour ceux dont c’est le métier. Mais je préfère les systèmes idiotproof et userfriendly ! 🙂

  2. Merci pour cet article une nouvelle fois très bien construit avec les mises en garde d’usage pour ce logiciel. Personnellement je l’utilise depuis des années et il est effectivement d’une grande aide pour les corrections. Et comme dit, ce n’est qu’une machine, donc il faut tout de même rester sur ses gardes et ne pas oublier de se faire aussi relire par d’autres avant publication. Avec l’alliance des hommes et de la machine, il ne reste en général plus que de rares coquilles dans le manuscrit…

  3. Merci pour vos commentaires.

    @Pédro Torres : Très bonne remarque. Il est possible de paramétrer le genre du narrateur, mais c’est totalement inutile dans une oeuvre de fiction, où le « je » changera de sexe en même temps que les personnages !

    @Jean-Philippe Vest : Parfait résumé ! La machine aidera à repérer des erreurs parfois insoupçonnables pour l’œil humain, et l’œil humain viendra corriger des erreurs évidentes mais parfois indétectables par la machine ! 🙂

  4. Attention : il me semble qu’Antidote 8 peut être intégré à Libre Office, mais pas à Open Office (les deux étant extrêmement proches et d’origine commune, mais Libre Office est le véritable héritier de la démarche open source).
    Je me suis aussi finalement mise à Antidote, parce qu’on ne fait jamais trop de vérifications, mais ça reste surtout du repérage de coquilles. Il traite quand même beaucoup de choses justes comme des fautes, et beaucoup de fautes comme des choses justes, donc mieux vaut être à la base bien calé en français pour faire les bons choix parmi tout ce bazar. À la base, j’espérais aussi qu’il m’aide davantage à repérer les mots oubliés qui rendent une expression ou une syntaxe fausse, mais pas vraiment de chance de ce côté-là…
    Pour moi, c’est donc plus un outil pour les correcteurs que pour les auteurs. Dans le sens où, si on ne peut pas se passer d’une vérification humaine, alors pourquoi payer pour une correction humaine + pour Antidote, plutôt que de payer uniquement un correcteur humain qui possèdera déjà Antidote et s’en servira pour parfaire sa correction ?

    • Merci pour la précision, je dois avouer que j’ai toujours tendance à confondre Open Office et Libre Office, d’où cette confusion. Antidote peut effectivement être tatillon (mieux vaut le régler pour éviter qu’il s’alerte sur chaque phrase ! 😉 ). Pour ce qui est des oublis de mots, je sais qu’il m’en a déjà repéré certains (il ne signale pas les oublis mais indique une possible erreur sur la phrase). Cela ne fonctionne peut-être qu’avec les mots qui sont essentiels à la phrase (sujet ou verbe par exemple).

      Je serai moins sévère que vous vis à vis d’Antidote. Cela me semble logique qu’une vérification humaine soit nécessaire (heureusement pour les écrivains d’ailleurs, sans quoi leur travail serait vite volé par les machines). Pour être pragmatique, il sera toujours moins coûteux d’utiliser Antidote et de rester vigilant plutôt que d’employer un correcteur pour chaque ouvrage.

      Je ne remets pas du tout en cause le travail de correcteur, mais il faut reconnaître que les services d’un correcteur ne sont pas forcément à la portée d’un auteur indépendant « anonyme ».

  5. Je ne savais pas qu’Antidote a autant de fonctionnalité, mais disons que je ne suis toujours pas convaincue à 100% à cause du prix, alors que j’ai déjà Word 2013 qui offre déjà pas mal! Tant pis si je n’ai pas l’explication de mon erreur, même si j’aimerais bien!

    • Effectivement, Antidote représente un certain coût. Je pense que le prix sera vite justifié pour tous ceux qui utilisent la rédaction de manière régulière (web writers, écrivains, correcteurs, éditeurs, secrétaires, etc.). Si vous n’en voyez pas un usage régulier, il est vrai que le prix est une forte barrière.

  6. Que pensez-vous de Prolexis? J’utilise Antidote depuis 3 ans sur tous les supports que j’utilise pour la rédaction. Je l’aime bien sur iPad même s’il est impossible de travailler sur le dico personnel que l’on peut créer via la version Mac. J’espère que nos collègues canadiens sauront rectifier ça. Enfin, mes commentaires sont les mêmes que pour vous tous. Excellent outil, mais juste une machine! Se faire relire par des humains…

      • Ayant longuement travaillé aux Éditions Hatier, ces derniers utilisent depuis des lustres Pro Lexis, habitude ou tout simplement meilleur ? Je n’en sais rien. À mon avis les deux, avec leurs avantages et inconvénients respectifs, doivent se valoir. Mais ce dernier est beaucoup plus cher. Je pense qu’ils est plutôt réservés en effet aux entreprises pour lesquelles la correction est vitale.

  7. Pingback: Operation CheesestormTest Antidote 8 : votre correcteur personnel ? | Le Souffle Numérique | Operation Cheesestorm

  8. Merci, Pierrick, pour ce nouvel article, comme toujours bourré d’informations utiles.

    Je n’ai pas d’expérience particulière avec les logiciels de correction.
    Syllabaire avait acheté Antidote pour ses collaborateurs, mais comme je n’avais pas confiance dans ses performances, je n’en ai pas voulu. Certains correcteurs de Syllabaire qui l’utilisaient m’ont rapidement confirmé que ce logiciel n’était pas idéal, même s’il est plus efficace que le correcteur basique de Word. Mais c’était il y a plusieurs années, et depuis, les développeurs canadiens ont certainement apporté des améliorations significatives.

    En tout cas, comme Jean-Philippe Vest, je suis convaincue que l’association intelligence artificielle + savoir-faire humain donnera les meilleurs résultats.

    Merci à Jeanne et à Infinimi d’avoir mentionné, respectivement , Libre office et Prolexis dont je n’avais jamais entendu parler.

    Qu’est-ce qu’on s’instruit sur votre site, Pierrick !

    Tipram

  9. Pingback: La revue du dimanche | Jartagnan.com

  10. Pierrick,

    J’espère que vous ne m’en voudrez pas de squatter votre blog pour solliciter l’aide de vos visiteurs.
    J’ai voulu essayer la version de démonstration de Prolexis mentionné par Pédro Torres.

    Pas vraiment convaincue, car s’il est vrai que le logiciel signale les fautes simples (accord en genre et en nombre, etc), il le fait aussi à mauvais escient.

    J’ai eu un problème soudain, et un message d’erreur « Word a cessé de fonctionné ».

    Après avoir cherché plusieurs heures sur Internet, j’ai appliqué plusieurs méthodes pour résoudre le problème, dont FixIt. J’ai aussi utilisé à plusieurs reprises les options « réparer » puis « Fermer le programme ». Puis redémarrage de l’ordi. En vain.
    J’ai exécuté le diagnostic de Microsoft. Il n’a détecté aucun problème.
    J’ai désinstallé Prolexis, puis nettoyé avec CCleaner. En vain.

    J’ai essayé de supprimer « Diagonal » (l’éditeur de Prolexis) des compléments de Word (Options / Compléments). Impossible. Pourtant, j’ai bien cliqué sur « OK ». C’est peut-être la cause du dysfonctionnement. Y-aurait-il une manipulation (pas trop compliquée de préférence) pour forcer la suppression ?

    JBB, que j’avais appelé au secours hier soir m’a conseillé de déinstaller et de réinstaller Word, mais je viens de déménager, et je ne sais plus ou est le CD.

    Le service d’assistance de Prolexis est très réactif, mais ils ont pu seulement me dire de désactivé le logiciel. Je l’avais déjà désinstallé.

    Quelqu’un aurait-il une idée de ce que je peux tenter, sans entrer dans des opérations de programmation ? Je suis sous Vista et Office Professional 2007.

    Merci d’avance.

    Tipram

  11. Exellent blog que je découvre et que je dévore…

    Pour mettre mon grain de sel sur les logiciels, si ça peut être utile : Après tests des démos, j’ai préféré opter pour le Petit Prolexis (qui me semblait aussi efficace et moins « usine à gaz » que le « grand » Prolexis, que je trouvais aussi un poil cher par rapport à Antidote., et je ne rgrette pas mon choix.

    Côté répétitions, j’ai trouvé aussi une petite merveille dont je ne peux plus me passer :
    http://www.repetition-detector.com/?l=fr
    Il y a deux outils : le Repetition Detector 1 qui est gratuit et assez basique mais très fonctionnel (on le télécharge dans le milieu de la page), et le 2 qui est tout aussi pratique mais beaucoup plus complet et redoutablement efficace : au point que quand j’ai fini un texte, j’ai la trouille au ventre de le lancer pour qu’il m’indique mes doublons et répétitions, j’en suis malade chaque fois de voir ce que je laisse passer malgré plusieurs relectures attentives… 🙂

  12. Excellent article et je laisse un petit commentaire également. J’ai eu l’occasion de tester Antidote et le PetitProlexis. Je ne parlerai pas du Prolexis (le grand), car il est vraiment destiné à une structure pro en ajout de logiciels de mise en page pour publication papier. En d’autres termes, si vous n’avez pas un investissement d’un bon millier d’euros en ce qui concerne les outils de mise en page papier, passez votre chemin.

    Dans un premier temps, j’utilisais beaucoup petitprolexis, puis je me suis tourné sur Antidote et je suis resté dessus. Il est vrai qu’Antidote fait un peu usine à gaz. Une correction de manuscrit demande parfois de nombreuses minutes, le temps que l’intégralité du texte soit prise en charge et que toutes les erreurs et alertes soient affichées (malgré un machine assez puissante).

    Je trouve que, contrairement au petitprolexis, Antidote s’inscrit beaucoup plus facilement dans les menus des traitements de texte. On le voit moins et il reste efficace. Au niveau des détections, c’est le même combat pour les deux logiciels, des erreurs sont souvent trouvées dans des phrases où le sujet n’est pas logique pour le logiciel. Cela reste un programme, ça se voit. Je pense, très personnellement, que ce genre de programme doit surtout être utilisé comme indicateur. Il ne donne pas vraiment de réponse, et ce n’est pas ce qu’on lui demande vraiment. Il indique ce qui le choque. Parfois, la charge de travail est doublée à cause du correcteur et c’est pour cela que j’ai aussi préféré antidote au petitprolexis. La modification du travail est plus simple et l’interface est plus claire, à mon goût.

    En bref, je pense que les deux se valent, mais que pour une immersion dans la correction, l’interface d’antidote est plus agréable.

    • Bonjour Kazitch, merci de ce commentaire très complet et très juste. Effectivement, ce serait rêver que de vouloir un logiciel capable de corriger un texte de manière 100% automatique. De toutes manières, en littérature, rien ne vaut le regard et l’appréciation humains, aussi faillibles soient-ils.

  13. Article et commentaires intéressants. Comme vous tous, je pense qu’une correction d’Antidote doit être suivie d’une relecture attentive.
    Je note dans mes petits papiers l’existence du logiciel « repetion detector » qui me sera bien utile !
    J’ai hâte de découvrir vos nouvelles suggestions.

  14. Pingback: Le Process De Mani - Part 2 - Installé Fermement Sur Mon Sofa… - Operation Cheesestorm

  15. Pingback: Le Process De Mani - Part 2 - Installé Sur Mon Sofa...

  16. super correcteur, à l’exception des mots en majuscules (et donc de tous ceux qui sont au début de phrase) : essayez de corriger cette phrase: « Touver son chemin ». Antidote ne détecte pas le ‘r’ manquant, bien qu’il sache que ‘touver n’est pas dans le dictionnaire et que l’option « signaler les mots inconnus en majuscule » soit cochée.

    • Merci pour cet avis ! En revanche, pour l’avoir testé à l’instant, Antidote 8 repère bien « Touver » comme un mot inconnu, majuscule ou pas. Peut-être avez-vous coché la case « Seulement la première fois » sous l’option signaler les mots inconnus avec majuscule ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s