Le livre payé à la page lue : faisons le point !

La nouvelle n’a pas dû vous échapper si vous vous intéressez de près ou de loin à l’édition numérique, Amazon a annoncé vouloir payer les auteurs indépendants à la page lue. Et cette nouvelle méthode de paiement sera appliquée dès juillet 2015, soit d’ici moins de deux semaines.

Étant donné l’influence d’Amazon et de sa plateforme Kindle sur le secteur du livre numérique, il est évident que cette annonce n’est pas passée inaperçue ! De nombreux journaux ont donc relayé l’info, la qualifiant parfois de véritable révolution.

Mais en est-ce vraiment une ? Pour clarifier les choses et aider les auteurs indépendants utilisant Amazon à comprendre en quoi cela va influencer leur chiffre d’affaires dans les mois à venir, je vous propose de faire un rapide point sur cette nouvelle politique de rémunération du livre numérique.

Crédits photo : Dan Talyr

Crédits photo : Dan Talyr

Qu’est-ce que le programme Pages lues via Kindle Unlimited ?

Si vous recherchez des informations sur ce programme de romans payés à la page lue, le mieux est encore de consulter directement le site d’Amazon, qui vous l’expliquera en détail.

Pour faire bref, les auteurs indépendants inscrits au programme KDP Select seront payés à la page lue dès lors que leur livre aura été emprunté par des lecteurs inscrits au programme Kindle Unlimited.

Cette phrase seule suffit déjà à remarquer que tous les livres numériques de la plateforme Kindle ne seront pas payés à la page lue. Tout du moins pour le moment.

L’ebook payé à la page : qui est concerné ?

 Si vous utilisez actuellement la plateforme KDP pour vendre vos romans numériques en ligne, vous devez certainement être inquiet par ce nouveau mode de rémunération.

Il faut cependant noter que tous les auteurs utilisant Amazon ne sont pas concernés par la vente du livre à la page. En effet, cette mesure ne va vous concerner que si vous avez adhéré au programme KDP Select, qui vous permet de faire emprunter vos livres.

En effet, les seuls livres KDP vendus à la page seront les ouvrages empruntés via la Bibliothèque de prêt Kindle et le programme Unlimited.

Il faut noter que ces livres n’étaient déjà pas vendus à l’unité, mais selon un calcul (assez trouble) de la plateforme Amazon, à partir du fameux Fonds mondial KDP Select, à savoir l’argent généré par les abonnements Kindle Unlimited.

Kindle Unlimited

Comment sera calculée votre redevance ?

Si vous vous demandez comment sera payé votre livre à la page vue, c’est assez simple. Je vais ici me contenter de plagier honteusement les explications d’Amazon, avec des chiffres moins impressionnants pour simplifier la situation.

Imaginons que trois auteurs soient présents dans le programme KDP Select, que le programme ait généré exactement 10€ ce mois-ci et que 100 pages aient été lues le même mois (tous livres confondus) :

  • 60 pages pour l’auteur A
  • 30 pages pour l’auteur B
  • 10 pages pour l’auteur C

Le calcul de la rémunération d’un auteur à la page lue sera simple : (Fonds KDP Select*Nombres de pages de l’auteur lues)/Nombre total de pages lues.

On obtiendra donc les rémunérations suivantes :

  • Auteur A : (10€*60)/100 = 6€
  • Auteur B : (10€*30)/100 = 3€
  • Auteur C : (10€*10)/100 = 1€

En toute logique, l’auteur qui aura fait lire le plus grand nombre de pages sera le mieux payé.

Et comment sera partagé l'argent dans tout ça ? (Crédits photo : Tax Credits)

Et comment sera partagé l’argent dans tout ça ? (Crédits photo : Tax Credits)

Pourquoi Amazon veut-il payer les livres à la page ?

Il est bon de s’interroger à présent sur les raisons de ce programme Pages lues par Amazon. Le géant du numérique essaie-t-il une fois encore de bouleverser le monde de l’édition ? Pas forcément.

En réalité, et si je comprends pourquoi l’idée d’un modèle économique de livre payé à la page peut inquiéter, Amazon essaie simplement de créer un système de rémunération plus juste.

Il faut en effet savoir qu’auparavant, tous les livres empruntés dans le cadre du programme KDP Select étaient rémunérés… à condition que le lecteur ait dévoré plus de 10% de l’ouvrage.

Résultat : un livre de 10 pages lu uniquement sur 3 pages était rémunéré quand un livre de 100 pages lu sur 9 pages ne l’était pas. On comprend donc aisément pourquoi certains auteurs n’étaient pas particulièrement fans de l’ancien mode de rémunération des livres empruntés sur Amazon.

Pour éviter les abus sur le nouveau modèle de rémunération des livres empruntés, Amazon a d’ailleurs conçu l’outil Kindle Edition Normalized Page Count, qui va analyser chaque livre pour éviter, par exemple, que les auteurs ne s’amusent à grossir leur police de caractère dans le but de faire lire plus de pages.

Cette nouvelle politique de paiement d’Amazon ne se traduit donc qu’en un seul mot : l’équité.

Ne soyons pas naïfs, l’idée est aussi d’inciter de plus en plus d’auteurs indépendants à rejoindre le programme KDP Select, et donc à devenir des écrivains uniquement affiliés à Amazon. Mais ceci est une autre histoire…

Amazon Kindle Pages lues

Le programme Pages Lues est-il une révolution culturelle ?

À présent que j’ai expliqué plus en détail le concept du nouveau programme pages Lues d’Amazon, vous devez avoir compris que ce changement de politique de paiement garde une portée très limitée.

Il ne s’agit pas de vendre tous les livres numériques à la page sur Amazon. D’ailleurs, seuls les auteurs autoédités (et qui ont adhéré au programme KDP Select) sont pour le moment concernés. Les lecteurs eux-mêmes ne sont pas concernés, puisque le montant de l’abonnement à Kindle Unlimited ne changera pas pour cela.

Au final, la nouvelle des livres vendus à la page par Amazon n’aura pas plus d’impact à court terme sur le secteur de l’édition numérique que l’existence du programme KDP Select en lui-même.

Néanmoins, il convient de remarquer que cette nouvelle politique tarifaire pourrait faire des émules. Si Amazon rencontre un franc succès auprès des auteurs indépendants, d’autres sites de vente de livres numérique devraient prendre le relais.

Dès lors, l’idée de vendre un livre à la page pourrait avoir plus d’impact à long terme… Impact dont je me ferais un plaisir de parler dans un prochain article !

En attendant, n’hésitez pas à partager vos impressions sur le programme Pages Lues d’Amazon dans les commentaires de cet article !

Vous aimerez peut-être

> Publier un livre sur Amazon

> Publier un texte sur Wattpad

Publicités

5 réflexions sur “Le livre payé à la page lue : faisons le point !

  1. Mis à part que le lecteur, au premier signe d’ennui, pourrait abandonner la lecture plus facilement, alors qu’avant il la poursuivait et finalement, décrétait que c’est un bon livre, je ne vois pas d’inconvénient majeur à ce système. Evidemment, si la suite est toute aussi ennuyeuse, alors c’est un avantage pour le lecteur.

    • Merci pour ce commentaire. Effectivement, c’est un très bon point à retenir contre le modèle économique du paiement à la page. Pour Amazon en particulier, cela ne va néanmoins pas changer grand chose pour le lecteur.

      En effet, les livres concernés par le « paiement à la page » sont uniquement des livres :
      – Empruntés via Amazon Premium : un service qui coûte 49€ par an et offre quelques avantages sur le site de e-commerce Amazon).
      – Lus via Kindle Unlimited : un service qui coûte 10€ par mois et qui permet de lire certains livres numériques en illimité).

      Dans les deux cas, les lecteurs ne paieront pas plus qu’ils continuent de lire ou non. En revanche, je garde cet argument en tête pour évoquer ce modèle économique de manière plus générale ! 😉

  2. Efectivement, ce systeme ne concerne que les livres empruntes via le programme KOLL ou KU (qui n’est legal que pour les auteurs auto-edites pour l’instant en France). On pourrait penser qu’etre paye a la page lue est etrange, un peu comme etre paye a la note ecoutee pour la musique. Mais en effet, le systeme precedent d’emprunt (+de 10% lu) pouvait avoir l’air de desavantager les « vrais » romans au profit des courtes nouvelles. Et il est evident que les auteurs Kindle qui avaient des dizaines de courtes nouvelles dans le systeme KDP select, vont l’avoir mauvaise. Leurs remuneration va etre divisee par un facteur de 10…
    Par exemple, en Juin cette annee, la cagnote mondiale etait de $10 millions et pres de 2 milliards! de pages ont ete lues. Ce qui signifie que la remuneration sera d’environ 0.5 centime d’euro par page… Avant le nouveau systeme, un auteur dont l’ebook de 30 pages avait ete emprunte et lu sur juste 3 pages (ce qui est quasiment certain) touchait donc $1.4 environ. Aujourd’hui il/elle ne toucherait que 1.5 centimes au minimum et 0.15 dollars au maximum si les 30 pages sont lues… Pas sur que ces auteurs restent dans KDP select.
    Ceux qui publient un roman de 200 pages, verront aussi leur remuneration baisser puisque si leur livre est lu entierement, il/elles ne toucheront que $1 maximum au lieu des $1.4 recu quand seulement 21 pages etaient lues. Mais leur « perte » est moindre. Ceux la devront decider s’ils/elles restent dans KDPselect ou se contentent de vendre leur ebooks.
    Je crois que pour l’instant ceci concerne surtout le marche anglo-saxon parce que les systeme KU est tres limite en France et les emprunts sont encore balbutiants. La lecture sur Kindle reste limitee chez nous.

    • Merci pour ce commentaire très complet et très intéressant ! 🙂

      Effectivement, la donne change beaucoup plus pour les auteurs anglo-saxons, notamment car la lecture numérique y est plus répandue et qu’il y a bien plus d’inscrits au service Amazon Prime (qui permet entre autres d’emprunter quelques livres Kindle par mois).

      Concernant le malus pour les auteurs, il est relatif. On peut aussi penser qu’un auteur d’un livre de 30 pages produit son livre bien plus rapidement qu’un auteur d’un livre de 200 pages, et qu’il peut donc publier plusieurs petites histoires cumulées de 30 pages chacune.

      Je pense que seule l’expérience déterminera si les auteurs ont intérêt à rester ou non sur KDP Select. Il sera notamment intéressant de voir si les emprunts via KDP Select cannibalisent les ventes via Kindle. S’il s’agit d’un revenu complémentaire, cela peut être intéressant, mais si un emprunt remplace une vente, l’auteur passe de plusieurs euros de recettes par livre lu à quelques centimes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s