Comment oser dévoiler ses textes ? (2/2)

Dans le dernier article, nous nous intéressions au curieux phénomène qu’est la peur de dévoiler ses textes. J’ai d’ailleurs été très heureux que certains auteurs viennent témoigner de cette appréhension de présenter leurs textes dans les commentaires. Mais il ne serait pas suffisant ici de se contenter de souligner l’existence de cette crainte pour un auteur de se dévoiler, encore faut-il expliquer comment surmonter cette peur !

Si vous êtes un jeune (ou moins jeune) auteur qui n’a encore jamais osé présenter ses écrits à quiconque, cette article est pour vous. Amis auteurs, il est grand temps de sortir de votre trou et d’assumer enfin votre passion ! Comment faire ? Voyons cela ensemble, si vous le voulez bien !

dévoiler ses textesCrédits photo(CC BY 2.0)

Pourquoi présenter vos écrits ?

Commençons par le commencement : y a-t-il vraiment un intérêt à présenter ses textes de fictions à des lecteurs ? Vous devinez d’avance qu’il s’agit là d’une question réthorique, sans quoi l’article du jour s’arrêterait bien vite ! Il y a bien évidemment autant d’intérêt à présenter ses écrits que de craintes à les dévoiler. Entre autres intérêts ou objectifs quand on dévoile ses textes :

  • Se sentir moins seul : c’est un fait, l’écriture se pratique seul. Mais vous n’avez pas forcément à rester seul face à votre écran ou à votre feuille toute votre vie ! Dire à votre entourage que vous écrivez est un bon moyen d’assumer cette passion, voire, si vous avez de la chance, de la partager. Et c’est déjà une grande chose !
  • Recevoir des critiques : autre intérêt primordial de dévoiler vos textes, qui peut aussi être une grande crainte, vous pourrez grâce à cela recevoir des premières critiques sur vos écrits. En effet, il est impossible de juger seul son style d’écriture, et les critiques bonnes ou mauvaises sont la seule manière de l’améliorer concrètement. C’est un dur pas à franchir, mais vous ne le regretterez pas !
  • Trouver du soutien : dernier intérêt que je souhaitais lister ici, le courage ! Encore une fois, il est difficile de s’épanouir dans l’écriture si on travaille seul. Si votre entourage sait que vous écrivez, si vous avez trouvé des premiers lecteurs enthousiastes ou en tout cas positifs, vous aurez bien plus de raisons de continuer à écrire. Il serait dommage d’abandonner votre passion sans même l’avoir révélée au grand jour, n’est-ce pas ?

Dévoiler ses textes : est-ce le bon moment ?

Dans l’article précédent, je listais les raisons d’avoir peur de dévoiler ses créations. Il faut savoir que cette peur n’a pas à être une honte, et qu’elle est vécue par bon nombre de passionnés, qu’ils soient dessinateurs, peintres, musiciens, comédiens, YouTubeurs ou que sais-je encore !

Mais si je vais donner ici quelques modestes conseils pour vous aider à dévoiler vos écrits, sachez que vous n’avez pas à vous sentir forcé de le faire… surtout si vous ne vous sentez pas prêt.

Jugement dernierPour nombre d’auteurs, présenter un texte donne l’impression d’un Jugement Dernier. Ne le faites pas si vous n’êtes pas prêt !

Présenter un roman ou une nouvelle à un premier lecteur est une étape difficile, en particulier si c’est la toute première fois que vous écrivez. Personnellement, et comme bon nombre d’écrivains amateurs je pense, j’ai dû supprimer des bonnes dizaines d’incipit et autres projets de romans avortés avant même de déclarer à mon entourage que j’écrivais. C’est d’ailleurs une bonne chose car vos premiers écrits ne seront clairement pas des chefs oeuvre !

Si vous n’êtes vraiment pas sûr de ce que vous écrivez, si vous estimez que vos créations ne sont que des brouillons et si vous ne vous sentez pas prêt à les dévoiler à quiconque : ne le faites pas ! Croyez-moi, le moment où vous sentirez le besoin de présenter un roman à un premier lecteur arrivera un jour. A ce moment là, je vous invite à revenir sur cet article et à en lire la suite.

Dévoiler ses textes : les deux étapes

En parlant de la peur de dévoiler ses textes, je mélangeais volontairement deux étapes de la vie d’un jeune auteur qui sont finalement assez similaires :

  • L’aveu d’une passion pour l’écriture : déclarer à son entourage qu’on aime écrire sur son temps libre
  • La présentation de ses textes littéraires au premier lecteur : présenter pour la première fois ses textes à un regard autre

Il me paraît utile de ne pas trop différencier ces deux étapes. En effet, si vous déclarez à votre entourage que vous écrivez des livres, il y a de fortes chances que quelqu’un vous demande de les lui présenter. Si vous ne vous sentez vraiment pas prêt, il pourra donc être délicat pour vos proches de comprendre votre refus de dévoiler vos textes. Gardez donc bien en tête que ces deux étapes se succèdent généralement assez rapidement…

A qui présenter son roman ?

Présenter son roman

Dévoiler ses textes est une chose, mais encore faut-il les dévoiler à la bonne personne ! Soyons pragmatiques : il n’y a pas mille et une personnes à qui présenter ses textes. Vous aurez finalement le choix entre deux catégories de personnes :

  • Un proche : ami, parent, connaissance… Présenter son oeuvre à un proche peut paraître naturel à certains, mais peut aussi sembler très difficile. L’avantage sera que votre proche apprendra enfin sur quoi vous travailliez si durement, et que vous pourrez enfin assumer votre passion ouvertement. Les inconvénients sont que vous pourriez juger votre ouvrage trop personnel pour être dévoilé à des personnes que vous connaissez, et que vous risquez de recevoir des retours peu objectifs. Quel genre d’ami oserait vous dire qu’il n’a pas aimé votre livre ?!
  • Un inconnu : grâce aux bonheurs de l’internet, il est peut être plus facile encore de présenter votre texte à des inconnus ! Les avantages : vous pouvez partager vos textes avec des passionnés de lecture (ce que vos proches ne sont peut être pas) et leurs retours seront globalement objectifs. L’inconvénient est que vous pourriez ne pas être épargné par certains retours peu élogieux. Il faut être prêt aux retours négatifs voire, dans les pires des cas, méchants.

Notez que dans le cas premier (présenter son livre à un proche), vous n’aurez pas le choix de l’anonymat ! En revanche, si vous utilisez Internet, je vous invite à choisir un pseudonyme, au moins dans un premier temps. Adopter un pseudonyme (nom d’auteur ou pseudo internet) sera une bonne manière de vous détacher de votre travail, voire d’effacer toute trace de votre présence si vous le désirez un jour !

Comment présenter ses textes ?

J’en viens à la partie plus pratique de la présentation de textes à un premier lectorat. Si, psychologiquement, l’envoi d’un texte à un premier lecteur est assez difficile, c’est une tâche plus que facile d’une manière pratique.

Naturellement, la méthode dépendra de votre ou vos premiers lecteurs :

Envoyer un manuscrit à vos proches

Il vous suffira bien souvent d’envoyer votre manuscrit en pièce jointe à un ou plusieurs de vos proches, et d’attendre sagement leur retour. Si vous écrivez sur papier, vous pouvez également transmettre le manuscrit… mais rien ne vaut l’informatique pour diffuser un manuscrit ! Attention : mieux vaut envoyer votre texte uniquement à vos proches qui l’auraient demandé, ou avec qui vous avez déjà parlé de votre projet dans les grandes lignes. Si vos proches ne sont pas intéressés par la lecture, vous risquez d’être déçu par leur manque d’enthousiasme…

Envoyer un manuscrit à des inconnus

Pour diffuser un texte sur internet, il existe de multiples sites et communautés de lecteurs. Si vous avez un projet fini, vous pourriez par exemple l’envoyer à CoCyclics, un collectif de bêta-lecteurs qui vous permettra de recevoir des retours critiques. Vous pouvez également opter pour un site de publication de textes comme We Love Words par exemple. Il existe enfin une multitude de forums amateurs pour partager et échanger ses textes. Je vous invite à interroger notre bon ami Google pour trouver un site pertinent.

We-love-words

De manière générale, sachez que plus une communauté sera restreinte et plus vous risquez d’avoir des échanges pertinents. En effet, si vous publiez votre texte sur un site qui héberge déjà des milliers de manuscrits, il faudra faire quelques efforts pour que quelqu’un daigne s’intéresser à votre ouvrage parmi la multitude de textes disponibles. Au contraire, un forum ou un site qui accueille simplement quelques dizaines de membres actifs sera plus ouvert et dynamique.

Quand vous vous intéressez à une communauté de lecteurs, n’oubliez jamais les règles élémentaires de courtoisie ! Les membres d’une communauté n’ont aucune obligation à lire vos textes, ne les traitez donc pas comme des chiens ! Pensez systématiquement à vous présenter, mais aussi à vous intéresser à leur travail et à participer à la communauté. N’oubliez jamais qu’offrir de l’attention est une bonne manière d’en recevoir. Par ailleurs, critiquer et bêta-lire les textes d’autres auteurs est un excellent exercice pour améliorer son propre style.

communauté d'auteurGoogle peut être un bon allié pour trouver une communauté d’auteurs ou de lecteurs en ligne…

Si vous avez peur de diffuser un texte sur internet car vous craignez qu’on vole vos textes, je vous invite à lire cet article récapitulatif pour comprendre comme protéger ses écrits… ou au contraire ne pas les protéger !

Dévoiler ses textes : conseils et mises en garde

J’espère sincèrement que cette série d’article vous aura aidé à passer l’appréhension d’envoyer un texte à un premier lecteur. Mais je ne pourrais vous laisser ici sans vous donner quelques dernières mises en garde qui me semblent importantes. En effet, si la diffusion d’un premier texte est une étape primordiale dans la vie d’un auteur, mieux vaut ne pas bacler cette étape ou faire des erreurs qui pourraient vous être préjudiciables !

Voici donc quelques derniers conseils qui viendront clore le sujet :

  • Prenez en compte la critique : pour commencer, il faut comprendre qu’on ne doit pas diffuser un texte en attendant uniquement des éloges. Votre texte est peut être intéressant, mais certainement pas parfait ! Si vous n’êtes pas prêt à recevoir des critiques sur le récit, la mise en forme, l’orthographe, etc. c’est que vous n’êtes pas prêt à présenter votre texte.
  • Détachez-vous des critiques : pour ne pas tomber dans l’excès inverse et devenir victime des critiques que vous recevez, sachez prendre un peu de recul par rapport aux critiques. Gardez en tête que la critique concerne votre oeuvre, et non pas vous. Sachez également mettre de côté les critiques totalement infondées. Une bonne critique n’est pas forcément élogieuse, mais elle doit avant tout être fondée et expliquée. Si quelqu’un vous dit de but en blanc « ton texte est nul ! » sans aucun argument, sa critique est irrecevable et inutile. Elle ne doit donc en rien vous décourager d’écrire.
  • Choisissez les bonnes personnes : tout premier lecteur n’est pas forcément un bon lecteur. Au fil du temps, vous apprendrez à reconnaître les lecteurs qui vous sont utiles, c’est à dire ceux qui vous livrent des critiques pertinentes et élaborées qui vous permettent clairement d’améliorer votre style et votre oeuvre. Si vous confiez votre texte à une personne qui lit peu, elle aura tendance à se limiter à un « J’ai bien aimé/J’ai pas aimé« . D’où l’intérêt de vous rapprocher de communautés de lecteurs ou d’auteurs réellement investis par l’écriture, qui seront plus à même de vous livrer des retours complets. Voilà pourquoi les proches non-lecteurs (qui ont tendance à dire « J’ai bien aimé« ) ne sont pas forcément les meilleurs lecteurs.
  • Soyez patient : la lecture, tout comme l’écriture, est un procédé qui demande du temps. Inutile de harceler les personnes à qui vous avez envoyé votre manuscrit toutes les deux minutes ! Parfois, il faudra attendre des semaines, voire des mois, entre le moment où vous envoyez votre texte et celui où vous recevez de premiers retours.
  • Ne soyez pas trop demandeur : dans le même ordre d’idée, évitez d’ennuyer vos proches s’ils ne sont clairement pas intéressés par la lecture. Qu’ils soient au courant de votre passion est une chose, qu’ils la partagent en est une autre. Mettre trop d’espoirs dans les retours de proches non intéressés sera une expérience frustrante pour vous et ennuyante pour eux.
  • Multipliez les points de vue : enfin, sachez ne pas vous contenter de l’avis d’un seul lecteur. Tout comme vous ne pouvez pas juger seul votre travail, un lecteur ne peut pas être seul juge de ce même travail. Pour peu que votre premier lecteur ne soit pas investi par les mêmes genres littéraires que vous et son avis reste d’être totalement à côté de la plaque. De même, un proche peut ne pas oser vous dévoiler des failles évidentes dans votre texte. Pour toutes ces raisons, mieux vaut trouver différents lecteurs et faire une synthèse de leurs critiques pour avoir un regard complet sur votre ouvrage.
Advertisements

4 réflexions sur “Comment oser dévoiler ses textes ? (2/2)

  1. Bonjour Pierrick, merci pour tous ces conseils et ces liens. J’ai commencé à les appliquer en publiant des extraits de mon roman sur mon blog et sur un forum avec des beta lecteurs (« le co-lecteur »). Je pense que ma prochaine étape sera de m’inscrire sur We love words 🙂
    A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s