Pour ou contre le livre payé à la page lue ?

Il y a quelques semaines, Amazon annonçait lancer son programme Pages lues, à savoir le paiement des auteurs à la page lue pour tous les livres numériques empruntés via Amazon Premium ou Kindle Unlimited.

L’annonce avait quelque chose de curieux et révolutionnaire : un livre payé à la page lue ? Quelle idée ! Et c’est justement l’occasion pour nous interroger sur un tel modèle économique du livre numérique, et de chercher à voir ses avantages et ses limites…

Payer les auteurs à la page

Crédits photo : Hellmy

Le livre payé à la page lue : de quoi est-il question ?

Avant de commencer, je tenais à rappeler que nous allons ici évoquer un sujet pour le moment théorique. A savoir : quels sont les avantages d’un modèle économique du livre payé à la page lue par le lecteur.

Il ne s’agira pas ici d’évoquer l’exemple d’Amazon en particulier. Et pour cause, le programme Pages Lues d’Amazon ne modifie pas la manière dont le lecteur paie le livre (si l’auteur est payé à la page lue, le lecteur, lui, ne paie pas à la page lue). Il n’aura donc aucune incidence sur les méthodes de consommation du livre.

N’hésitez pas à cliquer sur le lien présenté en début d’article si vous cherchez à en savoir plus sur le programme Pages Lues lancé par Amazon.

Kindle Logo

Notre article du jour ne parlera PAS d’Amazon Kindle (ou presque pas)

Les avantages d’un livre payé à la page

A une époque où le livre numérique continue d’avoir des détracteurs, je peux tout à fait comprendre que l’idée de payer ses livres à la page puisse hérisser le poil. Pourtant, force est de reconnaître que ce modèle économique peut avoir certains avantages.

Nous allons donc commencer par détailler les « Pour » du livre payé à la page lue, de manière à ne pas nous montrer trop hostiles à l’évolution !

Pour le lecteur

Naturellement, payer un livre à la page aura certains avantages pour le lecteur :

Une sélection plus facile

L’achat d’un livre est toujours un processus engageant, en particulier si son auteur est inconnu ou son prix élevé. Dans tous les cas, pouvoir commencer un livre qui semble intéressant sans avoir à le payer intégralement sera une manière plus aisée de le choisir.

On pourrait même imaginer un modèle économique avec les toutes premières pages gratuites. Quoi qu’il en soit, payer son livre à la page vous permettra de choisir plus facilement vos lectures. Les premières pages ne vous plaisent pas ? Vous ne paierez pas plus cher !

Une sélection plus personnelle

Comme tous les produits vendus sur internet, le livre numérique est souvent présenté à travers les avis des internautes. Jusqu’ici, c’est donc avant tout les critiques des premiers lecteurs qui peuvent vous orienter sur la qualité d’un texte.

Or, vous le savez sûrement, on ne peut pas toujours faire confiance aux avis des autres. Sans même nous dire que certains avis peuvent être tronqués, chaque lecteur aura son propre ressenti vis à vis d’un livre.

Dès lors, payer un livre à la page vous permettra de vous faire votre propre avis en limitant les risques. Et si les avis des lecteurs vous ont dirigé à tort vers un livre qui ne vous plaît pas, vous n’aurez pas à le payer dans son intégralité.

Plus besoin de vous fier aux avis des lecteurs pour le choix d'un livre !

Plus besoin de vous fier aux avis des lecteurs pour le choix d’un livre !

Une prise de risque réduite

Nous le disions plus haut, payer un livre à la page limite la prise de risque pour le lecteur. Désormais, vous serez maîtres de votre consommation de livres.

Si un livre ne vous plaît pas ou vous déçoit (par exemple à cause d’une communication outrancière ou par effet de mode), vous pourrez passer au suivant sans avoir vidé votre portefeuille numérique.

Pour l’auteur

Naturellement, le changement d’un modèle économique ne touche pas que le consommateur. Il parait donc également intéressant de s’attarder sur les avantages du livre payé à la page pour les auteurs :

Une exposition plus grande

Si la prise de risque à la découverte d’un livre est limitée pour le lecteur, cela signifie qu’un auteur aura plus de facilité à faire découvrir son œuvre.

Imaginons qu’un auteur indépendant ait travaillé parfaitement sa communication. Le lecteur éventuel peut être intéressé par son texte, mais ne sera pas forcément prêt à payer cinq euros pour le livre d’un inconnu. Si cette somme passe à quelques centimes (le prix de quelques pages), le lecteur sera plus enclin à la découverte.

Dès lors, l’écrivain a plus de chances de se faire connaître.

Un paiement plus juste

S’il a toujours été délicat d’attribuer un prix au livre numérique, le paiement du roman à la page lue pourrait être une solution qui semble juste, non seulement pour le lecteur, mais aussi pour l’auteur.

En effet, même si la qualité d’un ouvrage ne dépend pas de sa taille, un livre plus épais est forcément plus long à écrire. Ainsi, si le livre numérique est payé à la page, l’auteur qui sera parvenu à créer une fresque longue et passionnante sera plus récompensé que celui qui se limitera à la nouvelle.

On pourra alors considérer le paiement plus juste, car un auteur qui se donne du mal pour créer des textes longs sera mieux rémunéré qu’un autre.

Le paiement à la page pourrait rendre la rémunération des auteurs plus juste (crédits photos : Image of Money).

Le paiement à la page pourrait rendre la rémunération des auteurs plus juste (crédits photos : Images Money).

Un succès plus réel

Nous en arrivons donc à un dernier point : la rémunération du livre à la page lue offrira à l’auteur une vision plus réaliste de son succès littéraire.

Ainsi, l’écrivain qui sera parvenu à tenir son lecteur en haleine sera plus récompensé que l’auteur qui sera parvenu à faire vendre son livre, sans forcément que ce dernier ne soit lu.

Et il faut avouer qu’un lecteur ne va pas forcément terminer un livre qu’il a acheté, en particulier si ce dernier est décevant.

Les limites du livre payé à la page

Nous avons fait le tour des avantages du livre à payer à la page. Pour une vision complète de ce modèle économique naissant, il est donc intéressant d’en explorer les limites…

Pour le lecteur

Et si le livre payé à la page n’était pas si bon que ça pour le lecteur ? Voyons en quoi il pourrait avoir certaines limites :

Une liseuse (trop) connectée ?

Il est déjà possible aujourd’hui d’acheter un ebook via un livre électronique. Dans l’idée où le lecteur paierait chaque livre à la page lue, il lui faudrait naturellement une liseuse capable d’analyser ses lectures… mais aussi et surtout de le facturer en conséquence !

Pour cela, il y a des chances pour que les futures liseuses soient directement connectées à une carte bancaire ou à un compte Paypal, à l’instar des smartphones sous Android qui cherchent à enregistrer un moyen de paiement pour le Play Store. Or, l’idée que ma liseuse soit directement reliée à ma carte bancaire ne m’enchanterait pas plus que cela !

Par ailleurs, cela nécessitera une liseuse qui analyse toutes les lectures à la loupe (ce qui est déjà en partie le cas), voire diffuse ces informations (à l’auteur, par exemple). Reste à voir si la lecture numérique a vraiment besoin de devenir si connectée…

Liseuse Kindle

Jusqu’où ira « l’amélioration » des liseuses ?

Des paiements non contrôlés

Qui dit liseuse connectée à votre carte bancaire dit paiements plus ou moins contrôlés. Les professionnels du marketing ont vite compris que faciliter le paiement au maximum permettait d’augmenter les ventes.

Si Amazon insiste pour enregistrer vos données de cartes bancaires et vous propose le paiement en un clic, c’est tout simplement pour éviter que vous ne doutiez de votre achat au moment de sortir la carte bleue.

Dès lors, le paiement du livre à la page pourrait vous pousser à l’achat, et vous faire perdre le compte des lectures du mois. Contrairement à l’achat d’un livre à l’unité, dont le tarif sera net et précis.

Une perte de diversité littéraire ?

Autre défaut que nous allons étudier dans la partie suivante, puisqu’il concerne tout aussi bien l’auteur, un paiement du livre à la page tendrait à conditionner la manière d’écrire. En effet, le mode de production ou de rémunération du livre poussera toujours l’auteur à écrire d’une manière ou d’une autre.

Pour exemple, si un auteur indépendant doit lui même faire imprimer ses ouvrages, il sera tenté d’écrire un texte plus court pour éviter que le coût d’impression de chaque roman soit trop élevé.

Au final, le paiement du livre à la page lue pourrait conditionner les auteurs à écrire de la même manière. Pour le lecteur, cela se traduirait par une perte de diversité, qui ne serait sûrement perçue qu’à long terme.

Diversité littéraire

Et si ce modèle économique nous poussait à toujours lire le même livre ? (crédits photo : Horia Varlan)

Pour l’auteur

Terminons cet article en évoquant les désavantages de ce modèle économique pour l’auteur :

Une écriture conditionnée

Nous allons ici prolonger directement la partie précédente. Comme nous l’avons vu, ce modèle économique pourrait conditionner l’écriture.

En effet, les seuls textes qui remporteront alors un grand succès commercial seront les textes :

  • Potentiellement longs : plus il y a de la pages, et plus il y a de pages payées.
  • Qui incitent à continuer la lecture : un suspense permanent forcera le lecteur à vouloir en savoir plus, ne serait-ce que par curiosité.

On pourrait alors voir se multiplier les récits à rebondissement ou à suspense, qui essaient à tout prix de pousser le lecteur à continuer sa lecture.

A contrario, les romans qui essaient de poser une ambiance ou mettront plus de temps à démarrer risquent d’être boudés par les lecteurs, puis par extension par les auteurs.

Un chiffre d’affaire réduit

Un autre risque pour l’auteur est tout simplement de voir son chiffre d’affaire réduit. L’auteur ne pourrait en effet plus profiter des achats spontanés.

Certains lecteurs vont en effet acheter un ouvrage sans intention de le lire immédiatement, par exemple car ils sont attirés par sa communication ou par une promotion, mais n’ont pas le temps de le lire dans l’instant.

Dans le cas du livre payé à la page lue, cela peut créer une perte sèche pour l’auteur, qui ne profitera plus de ces pratiques d’achat.

Pire encore, ces mêmes lecteurs auront plus de facilité à oublier le livre en question, puisqu’ils ne l’auront pas payé. Résultat : l’auteur perd des lecteurs potentiels et du chiffre d’affaire.

Auteurs payés à la page

Les auteurs seront-ils vraiment gagnants au change ? (Crédits photo : unbekannt270)

Une perte d’intérêt du lecteur

Un autre risque important pour tout auteur, avec ce modèle, est tout simplement de ne plus parvenir à marquer le lecteur. La vente d’un livre à l’unité reste le meilleur moyen de captiver un lecteur.

Si une personne vient de payer 5€ pour votre ouvrage, il est certain qu’elle va au moins en débuter la lecture. Si elle n’aime pas le livre, elle pourrait très bien cesser la lecture et poster un avis négatif. Mais ce serait toujours mieux que de ne pas attirer son attention du tout.

Dans le cas du livre payé à la page lue, le lecteur pourrait avoir tendance à créer un comportement de zapping. Si les premières pages ne lui plaisent pas, il passera à un autre ouvrage sans hésiter, et ce même si le reste du roman pourrait lui plaire.

Ayant peu ou pas lu le roman, le lecteur « mécontent » ne pensera même pas à en publier une critique négative.

Notre future manière de lire ? (Crédits photo : Harsh Patel)

Notre future manière de lire ? (Crédits photo : Harsh Patel)

Une perte de la maîtrise du prix du livre

Une conséquence plus subtile, mais aussi plus grave, pour l’auteur, est qu’il va tout bonnement perdre un pouvoir pourtant essentiel : celui de fixer le prix de son livre.

Avec un livre payé à la page lue, l’auteur ne pourra plus librement fixer le prix de ses romans. C’est en effet les pratiques de la plateforme de vente, ainsi que les lectures, qui vont définir le montant de chaque « vente » (la vente étant désormais apparentée à une lecture, terminée ou non).

C’est un constat terrible pour n’importe quel auteur indépendant. En effet, on imagine mal un commerçant qui ne soit pas capable de fixer lui-même le prix de ses produits.

L’auteur serait alors plus que jamais dépendant des pratiques des lecteurs et des plateformes de vente, et devrait donc écrire ses romans en fonction. Nous en revenons aux résultats précédemment évoqués : écriture conditionnée et perte de diversité littéraire.

Fixer le prix d'un livre

L’auteur de demain sera-t-il encore capable de fixer ses prix ? (Crédits photos : Jason Tester)

En résumé

Si j’ai, un poil hypocritement, mentionné ici les Pour et les Contre du paiement des auteurs à la page lue, vous aurez probablement deviné que je penche un peu plus vers le contre… Cependant, loin de moi l’idée de rejeter en bloc tout changement de modèle économique pour le livre numérique.

Je pense avoir évoqué ici le pire de ce que pourrait apporter un paiement du livre à la page. Étant donné que nous nous intéressons ici à un modèle économique purement théorique (et non pas à une stratégie déjà exploitée par une plateforme de lecture), il serait idiot de trop s’avancer et de rejeter un modèle qui n’existe pas encore.

Il n’empêche qu’il est toujours intéressant de prévoir ce que pourraient nous proposer à l’avenir des plateformes telles qu’Amazon ou encore Play Books. Et d’aborder tout changement avec précaution.

Naturellement, le point de vue exposé ici est le mien. Je ne prétends pas avoir la science infuse ni proposer ici un texte parfaitement exhaustif. Si vous pensez que j’ai oublié des avantages et des défauts de ce modèle économique, ou si votre avis diffère du mien, n’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires !

Vous aimerez peut-être

> Que faut-il penser de Kindle Unlimited ?

Publicités

3 réflexions sur “Pour ou contre le livre payé à la page lue ?

    • Merci pour ce commentaire. Je tenais juste à préciser que cet article ne se voulait pas anti-Amazon ou anti-KDP Select. Comme je le précise, l’article évoque avant tout un modèle économique fictif, qui n’existe pas encore.

      Avec KDP Select dans sa forme actuelle, l’auteur est payé à la page lue sur les emprunts de son livre, mais le lecteur ne paie pas à la page lue mais par abonnement (dont le prix ne change pas en fonction de ses lectures).

      En la matière, KDP Select peut permettre à un auteur de se faire connaître plus facilement, même si effectivement, l’auteur n’aura pas de contrôle sur le prix des livres qui sont empruntés. Cela ne l’empêche pas de vendre parallèlement son ouvrage, à un prix défini par lui-même, sur la plateforme Kindle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s