Le livre numérique et la narration transmédia (2/3)

Après avoir étudié de long en large le concept de la narration transmédia il y a quelques semaines, il est enfin temps d’aborder l’application de ce concept dans le monde du livre. En effet, le livre a naturellement un rôle très important dans le transmedia storytelling, et on pourrait avancer que le livre numérique pourrait y avoir un rôle plus important encore. Étudions le sujet ensemble, si vous le voulez bien !

TV book

Le livre dans la narration transmédia

Avant toute chose, il convient de noter l’importance du livre dans toute narration transmédia. Sans vouloir être un trop ardent supporter du livre, il faut tout de même remarquer qu’il reste le moyen le plus ancien, le plus évident et le plus complet pour raconter un récit. Pour preuve, tous les autres médias (TV, cinéma, jeux vidéo, etc.) ne seraient rien s’ils ne s’appuyaient pas sur des scénarios écrits. Le livre n’est donc pas un lointain ancêtre des nouveaux médias, mais bien un père pour eux. Et comme tout père, il est souvent plus sage et plus sensé… même s’il n’est pas exempt de défauts.

Au final, on peut raisonnablement dire que le livre est à la base de toute narration transmédia. Si un livre n’est pas forcément à l’origine de chaque épopée transmédia (l’exemple de Dofus nous montre bien que ce n’est pas le cas), le transmedia storytelling a certainement été créé pour palier à certains défauts du livre tout en profitant de ses qualités. L’idée a toujours été de profiter de chaque média pour élaborer un univers complexe et construire un récit. Au centre de cette idée a toujours persisté le média à l’origine de tous les récits : le livre.

Si on pourrait croire que le livre, ce ringard, a toutes les chances de disparaître du transmédia storytelling (en faveur des films, séries TV et autres jeux vidéo) il n’en est rien ! En effet, que vous le vouliez ou non, le livre reste le média le plus explicite pour approfondir un récit. Ce n’est donc pas un hasard si des licences de jeux vidéos, média pourtant jeune et hype par excellence, donnent naissance à des séries de livres comme Halo ou Assassin’s Creed. Les marketeurs, auteurs et autres pros de la narration transmédia auront compris que rien ne remplacera jamais un bon livre !

Naturellement, il est idiot et vain de vouloir trancher pour un média en faveur d’un autre. Lors des adaptations cinématographiques d’un livre, j’ai toujours aimé les éternels (et complètement vains) débats Le film est mieux VS Le livre est mieux. Chaque média apportera ses qualités et ses défauts, et le tout pourra d’ailleurs être complémentaire… d’où l’existence de la narration transmédia.

Film VS livreNon, mais sérieusement : c’est quoi le mieux ? Le film ou le livre ?!

Le livre numérique dans la narration transmédia

A présent que nous avons tous applaudi et acclamé la grandeur du livre, objet millénaire qui continue encore de défier les médias les plus perfectionnés, on pourrait se demander l’intérêt de discuter du livre numérique en particulier. Et bien tout d’abord, sachez-le, le Souffle Numérique a pour sujet, entre autres, celui de l’édition numérique. J’ai donc une sorte d’obligation contractuelle à parler ici du livre numérique… sans quoi il risque de me bouder.

Mais au-delà de ces préoccupations purement personnelles, parler du livre numérique dans la narration transmédia a tout son sens, car le livre numérique pourrait apporter ce que le livre papier ne pourra pas traiter : l’interactivité des médias. En effet, l’ebook a pour caractéristique (au-delà du fait de ne pas être en papier) d’être consultable et consulté sur des terminaux numériques : liseuses, tablettes, ordinateurs, smartphones.

Or, ces terminaux ont pour caractéristique commune (mise à part la liseuse, qui reste pour le moment quasiment consacrée au livre) de consulter l’ensemble des médias. Télévision, jeux vidéo, cinéma, presse, internet, téléphone… Difficile de trouver un média qui ne transite pas par une tablette tactile ou un ordinateur ! Dès lors, on peut imaginer un futur idyllique pour les marketeurs, dans lequel la narration transmédia pourra circuler via un seul appareil.

Kindle FireLes tablettes numériques, comme cette Kindle Fire, permettent déjà la narration transmédia sur un seul terminal

Le fan pourra à loisir découvrir l’ensemble d’un univers narratif sans avoir à bouger de son siège… Ce qui laisse présager d’un avenir intense et créatif pour le transmédia storytelling avec la création d’applications ou de plateformes qui pourront diffuser d’une traite l’ensemble des médias créés autour d’un même contexte.

Néanmoins, et je vous l’accorde, cette vision reste idyllique. Car actuellement, le livre numérique n’est agréable à consulter que sur les écrans e-ink des livres électroniques, qui ne peuvent supporter ni la vidéo, ni même un accès convenable à internet. Au-delà de ces considérations pratiques restent également des considérations économiques. Le fait de rassembler tous les médias sur un même terminal ne risque-t-il pas de diminuer la valeur perçue auprès du client ? Comme souvent en matière d’édition numérique, la question du prix risque de faire débat…

L’influence du numérique dans le transmédia storytelling

Comme je ne pouvais pas conclure cette article liant le livre numérique et la narration transmédia sur une image idéalisée de la lecture numérique telle qu’elle pourrait être, il me fallait absolument trouver des arguments plus concrets et moins contestables pour prouver l’importance du numérique dans la diffusion des récits. J’ai donc décidé de revenir un peu en arrière et de ne pas m’intéresse au livre numérique en tant que tel, mais au numérique, tout court. Parlons ici du média qui, aujourd’hui, domine tous les autres, j’ai nommé internet.

Si la narration transmédia a plus ou moins existé dès l’instant où plusieurs médias ont co-existé, il faut noter qu’internet et le numérique ont vraiment été à l’origine de sa popularisation. D’après Wikipédia (l’équivalent numérique de la culture générale) le terme transmedia storytelling est apparu au début des années 2000, en même temps qu’un immense engouement populaire pour internet. Il va sans dire que l’interconnectivité et la connexion permanente ont fait germer les fondements de ce qu’est la narration transmédia.

Je suis ainsi persuadé qu’avant même d’être un ressort marketing, la narration transmédia est un concept inventé par les fanboys (le public des univers narratifs). Pour revenir sur le livre et le livre numérique, nous pouvons citer la fanfiction comme expression naturelle d’un besoin de transmédia storytelling. Faute de se voir proposer d’autres médias autour de leurs univers de fiction favoris, les fans ont ainsi eux-même créé ces médias. Et, encore une fois, c’est internet qui a popularisé la fanfiction… et certainement inspiré à certains producteurs l’adoption de la narration transmédia.

kindle-wordsLe programme Kindle Worlds mêle l’intérêt des écrivains pour la fanfiction et la mode de l’auto-édition

Peut-on déjà utiliser le livre numérique dans la narration transmédia ?

J’aurais voulu conclure cet article avec quelques exemples d’utilisation du livre numérique dans le transmédia storytelling. Je constate malheureusement que j’ai déjà été fort bavard sur le sujet. Je vous propose donc, chers lecteurs qui avez le courage de terminer mes articles, de reposer enfin vos yeux et d’attendre quelques jours de plus pour voir se clore cette série d’articles autour du thème : livre numérique et narration transmédia. A très bientôt !

Vous aimerez peut-être

La gamification du livre numérique

Les formats du livre numérique

Advertisements

5 réflexions sur “Le livre numérique et la narration transmédia (2/3)

  1. Pingback: Operation CheesestormLe livre numérique et la narration transmédia (2/3) | Le Souffle Numérique | Operation Cheesestorm

  2. Bonjour,

    Merci pour cet article. Je me permets d’intervenir pour dire que je ne partage pas vraiment votre opinion. :o)

    Vous écrivez : « On peut raisonnablement dire que le livre est à la base de toute narration transmédia. »

    Pourtant, lorsque l’on regarde ce qui se fait en Transmedia, il y a vraiment peu de projets qui se construisent autour du livre (numérique ou non). Un projet Transmedia est d’abord un dispositif complexe qui « éclate » la narration sur différentes plateformes, la plupart étant numériques et interconnectées.

    Or le livre fait figure de parent pauvre dans une structure Transmedia. Cela est due à sa structure « fermée », destinée à un usage personnel, peu participative, peu (inter)réactive. Il peut proposer une autre façon d’accéder au récit mais de façon essentiellement linéaire. Il peut prolonger l’immersion mais de façon limitée pour être trop coupée de l’expérience en elle-même, qui est déjà passée mais pour laquelle il pourrait peut-être constituer une synthèse.

    Bien souvent, il vient en dernier dans une stratégie marketing qui cherche à proposer des déclinaisons dans un esprit d’immersion et extraction pour reprendre les termes de H.Jenkins. Mais cela n’est pas nouveau : tous les comics US et les Mangas ou même les produits dérivés de StarWars ont été envisagés dans cet esprit.

    En tout cas, je serai curieux de voir comment le livre numérique va s’intégrer aux Transmedia. Je suis activement le développement de plusieurs projets, (moi-même je participe au développement de 2 projets) et aucun ne fait appel au livre numérique.

    Nicolas

    • Bonjour Nicolas. Vous faites bien de réagir car je ne prétends pas détenir LA vérité ! 🙂 Vos propos sont très justes et je ne vais pas vous contredire. A vrai dire, en parlant de livre comme base de narration transmédia, je voyais l’expression « livre » au sens large. J’aurais peut-être mieux fait de dire que l’écriture était la base de la narration transmédia, car rares sont les récits, tous médias confondus, qui ne sont pas couchés sur papier avant d’être créés.

      Effectivement, le livre peut sembler très clos en relation avec des médias plus jeunes, si bien qu’il ne va pas être systématiquement utilisé. Pourtant, je pense qu’il reste (ou peut être) un média potentiellement interactif, en particulier grâce au numérique. On peut en effet imaginer une relation auteur/lecteur, par exemple dans le cas d’un récit qui serait créé par un auteur en fonction des suggestions/votes des lecteurs. On peut aussi imaginer des relations lecteur/lecteur grâce à des échanges de commentaires ou de notes sur une lecture…

      Je pense que le phénomène de fanfiction reste un sujet très riche pour qui s’intéresse au transmédia, car on y voit comment une communauté de fan peut s’emparer d’un récit original pour y dresser de nouveaux codes, de nouveaux récits et de nouveaux thèmes.

      • Bonjour Pierrick,

        D’accord avec vous sur « l’écriture comme base de la narration transmedia »…Il est vrai qu’on doit partir d’un bon sujet, d’une bonne histoire. L’histoire, toujours l’histoire, encore et encore…

        Mais attention au piège de l’écriture sur la base d’un livre ! Trop souvent, le problème de l’écriture « traditionnelle » est qu’elle amène à penser les choses de façon linéaire. Or le transmedia est un procédé tellement complexe qu’il faut partir dans tous les sens : histoire, dispositif, expérience utilisateur, immersion, jeu, gameplay…C’est très difficile de trouver la bonne méthode pour mettre en place un projet transmedia ; de plus les impératifs des intervenants (auteur, développeur, graphistes…) sont différents, divergents voire contradictoires. Vive les brainstormings à n’en plus finir, le tableau blanc, les post-its dans tous les sens :o)

        Ceci dit, comme vous, je ne prétends pas avoir raison à tout point de vue et je vais même me contredire car, en repensant à votre article, je viens de trouver cette info sur le dernier opus de J. J. Abrams « S », un A.R.G dont la clé de voûte (je ne sais pas comment dire) est un « vrai » livre papier.

        A vous lire.

      • Merci pour ces nouvelles précisions très intéressantes. 😉 Effectivement, le Transmédia reste une grande affaire de créativité, d’où l’intérêt du Brainstorming. Ce projet de J. J. Abrams « S » me semble très intéressant et montre que même un support aussi ancien que le livre papier peut encore apporter des surprises !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s